Accueil » BMX » Bobby K. Carter
Bobby K. Carter

Bobby K. Carter

BMX
Considéré comme le Spielberg des vidéos de bmx, Bobby passe son temps à voyager pour nous faire découvrir le flat au travers de riders et de paysages du monde entier...



Présentation et dis-nous depuis quand est-ce que tu rides et filmes ?
Bobby K. Carter, 31 ans, ride intensément depuis 1992 mais j'ai commencé dès 1987. Je filme à peu près depuis 1993.

Que penses-tu de l'évolution du Flat à travers ces dernières années ?
Dans les années 8O tout ce qui s'apparentait à faire une figure était désigné comme étant du freestyle. Que ce soit du flat, de la rampe du street ou du dirt, tout le monde touchait un peu à tout. Une fois que le niveau dans chacune de ces disciplines atteignait un certain degré, les gens commençaient à se spécialiser dans une de ces disciplines pour atteindre le meilleur niveau de riding. Les vélos se spécifièrent aussi pour chaque discipline. Les gens progressent au fur et à mesure que les figures se créent, et aujourd'hui probablement encore plus que jamais avec des vélos de plus en plus légers, les moyens de communications ainsi que des vidéos du monde entier qui circulent sur internet. Au fur et à mesure que le business évolue, le marketing du flatland se différencie davantage du milieu de la rampe ou du street. L'industrie du flatland à donc finalement été séparée de la plus grande partie des médias et de la distribution du BMX street. Je pense que l'on peut vraiment le ressentir aujourd'hui et c'est la première fois que les flatlanders doivent rester entre eux, à l'écart du reste du BMX.



Qu'est ce que tu apprécies le plus dans le milieu du flat ?
La meilleure partie du flat est surtout que c'est quelque chose de mondial ! De nos jours, il est normal de connaître des riders en provenance du monde entier. Les gens communiquent plus que jamais, cela nous rassemble tous et renforce la communauté du flatland.

Qu'est-ce ce que tu changerais au flatland ?
Nous avons besoin de vélos moins chers pour les débutants ! Tout le monde essaye de faire du Flat avec une Lamborghini ou une Bentley alors que les gens ont besoins de Honda Civic. Nous avons besoin d'abaisser les barrières pour que les débutants puissent intégrer la communauté du flatland et inciter les débutants. Beaucoup de contest semblent être centré sur les riders pro. C'est bien mais il devrait y en avoir plus pour les amateurs. Les amateurs représentent le futur ainsi que les consommateurs principaux du flatland.



Comment en es-tu venu à faire des films sur le flat ? Quelle est ta part préférée ? Quelle est la pire ?
J'ai vu la vidéo de Bones Brigade "public Domain" il y a quelques temps. C'était une vidéo de skate qui m'à encouragée à rouler dans mon quartier. Quand je regarde des vidéos de BMX, la qualité de production était bien en dessous de celle du domaine publique. Je voulais faire une vidéo de BMX avec cette qualité et je voulais encourager les gens à rider. J'ai commencé à rider plus exclusivement ainsi j'ai commencé à concentrer en exposant la globalité de la communauté flatland.
Ma part favorite dans la création de film sur le flatland est lorsque les concepts de la vidéo viennent d'eux-mêmes et dépassent les attentes des idées d'origines. Cela est arrivé dans Diversion 6.0 dans la section de Yasushi Tanabe. Ça arrive une fois de temps en temps, mais quand c'est le cas, je suis agréablement surpris. La partie la plus difficile concerne la dépense de production et la dépense de manufacture. Ainsi traîner tout ce lourd équipement dans le monde est un sacré fardeau.



Parles-nous un peu de ton voyage en Thaïlande. A quoi cela ressemble t-il de tourner un film là bas ?
Tourner une vidéo en Thaïlande est la même chose que tourner une vidéo partout ailleurs. Chaque place possède son unique environnement. En Thaïlande, il y à un trafic fou et il fait vraiment chaud. Les Tuk Tuk's (Les taxis ouvert avec trois roues) sont vraiment fun. Les riders sont motivés et aussi content d'être filmés.

Comment pouvons- nous imaginer un voyage habituel d'une Diversion ? As-tu un plan précis et sais-tu quels riders tu veux filmer sur quel spot avant chaque voyage ?
Habituellement le voyage commence à peu près à partir de 6 à 10 mois avant que je mette un pied dans l'avion. Normalement il y a au moins un rider avec lequel je suis en contact qui me fait découvrir la scène et ce qui s'y passe. Je ne connais pas toujours les riders que je vais filmer ou les spots où je vais. Généralement le plan se fait une fois que je suis sur place à moins que je n'aie besoin de réserver un avion ou un train en avance afin de bouger dans tout le pays. Le plan reste la plupart du temps un bel échec. Quelque chose d'imprévu tend toujours à arriver, comme un show, un road trip, un challenge. Au final, j'ai l'habitude d'essayer de venir avec quelques questions afin d'interviewer les riders. Interviewer dans différents langages peux s'avérer être vraiment compliqué, cependant j'essaye d'en apprendre un peu plus sur la lange dans laquelle je vais interviewer pour faciliter le processus.






Quelle est la chose la plus remarquable qui te soit arrivée lorsque tu étais là-bas ?
Martti Kuoppa était payé par le gouvernement Thaïlandais pour entraîner les riders Thaïlandais pour le contest des Asian Indoor games. C'est le plus grand support d'un gouvernement envers le flatland que j'ai jamais vu. J'espère vraiment que d'autres gouvernements verrons cette exemple et supporterons le flatland à leur tour.

Pour le mag Cream, Martti à écrit à propos des problèmes qu'il à eu en Thaïlande. As-tu déjà eu des problèmes pendant un de tes voyages ? Y-a-t-il une histoire dingue que tu voudrais nous faire partager ?
Je n'ai vraiment encourus aucuns problèmes lors de mes voyages à travers ces dix dernières années. Tout le monde était vraiment sympas et m'à fait part d'une extraordinaire hospitalité. En Thaïlande tout le monde se levait à 4h du matin et venait à l'hôtel pour monter dans le taxi avec moi jusqu'à l'aéroport. D'ailleurs je remercie toutes les personnes du monde m'ayant encouragé sur mon chemin.




A quoi ressemble la scène du Flatland en Thaïlande ? A quel point est-ce différent des autres parties du monde ?
La principale scène en Thaïlande semble être centrée autour de Bangkok. Il n'y à pas autant de riders qu'au Japon, mais les riders là bas sont vraiment dévoués. Leur niveau de technique est très élevé. A part les Asian X-games il n'y a pas de grosse compète de flat, seulement quelques contests à ma connaissance. D'une certaine manière si les riders veulent entrer en compétition ils doivent bouger dans d'autres pays tels que la Malaisie, Singapour et le Japon. Mais ils ont quand même des jams locales.

Est-ce que un des riders t'as marqué ? Est-ce que le prochain Matthias Danois vient de Thaïlande ?
Je n'ai vu aucune personne porter le nom de Matthias là bas (AH ! AH !), cependant j'ai remarqué des riders nommés DA, Pop, Way , X, Golf, Whip et pleins d'autres ! Ces mecs roulent tous les jours.




Parle-nous un peu de tes choix pour FOR-GO DVD.
La vente des DVD à travers l'industrie des sports extrême s'est renversée. Maintenant les gens vont consulter des vidéos sur le net au lieu de sortir les acheter. Les vidéos Diversion sont très chères et longues à produire. Si les vidéos Diversion ont l'intention de continuer à produire, la distribution sur Internet est la seule alternative. Diversion TV a la capacité de délivrer des vidéos de qualités sur le net.
En plus de Diversion TV, c'est nettement moins cher et plus rapide de mettre des vidéos à disposition des personnes du monde entier.



Qu'est ce qui fait que Diversion Tv est meilleurs que les autres services ?
Diversion TV est un véritable flot de vidéos en streaming ininterrompues. Cela signifie qu'il n'y a pas de temps de perdu au téléchargement. La qualité de lecture des vidéos est bonne et on peut faire des sauts dans la vidéo sans attendre que le téléchargement se termine. Tous les mois les membres inscrits ont l'accès illimité à toute la librairie de vidéos en un temps illimité. Ils peuvent regarder des vidéos plus rapidement que s'ils éjectaient un dvd pour en sortir un autre de la boîte et le charger. Pour les producteurs de vidéos, cela leur donne un autre sens de la distribution et une manière de faire de l'argent pour assurer la production. Les consommateurs n'ont pas à payer 30 euros pour chaque DVD et les producteurs peuvent tout de même gagner de l'argent.

Qu'est ce qu'il y aura dans le futur pour Diversion TV ?
Le support Macintosh est sur le point d'être développé. Nous reconstruisons actuellement le site avec d'avantages de fonctionnalités. Le site sera ouvert au public début 2009. J'espère que d'avantage d'athlètes professionnels et de compagnies pourront comprendre les avantages de Diversion TV. Ils pourront créer des sections de vidéos et gagner de l'argent en louant des vidéos sans passer par les dépenses de fabrication et d'affranchissements.

Avez-vous un plan à long terme ou une sorte de but en ce moment outre qu'offrir un support MAC ?
Le plan à long terme consiste à accroître la librairie ainsi que de distribuer des vidéos de sports extrêmes aux gens du monde entier. Nous espérons éventuellement avoir la plus grande banque de données de vidéos de sports d'actions.



Comment est-ce que l'industrie répond à tes efforts avec Diversion TV ? N'est ce pas difficile de convaincre les gens ?
Beaucoup de gens jouissent du privilège d'être capable d'avoir accès à tant de vidéos bon marché. Ce n'est pas difficile de convaincre les gens une fois qu'ils ont expérimenté Diversion TV. Diversion TV est une nouvelle façon de consommer des vidéos. Pour tout les gens qui sont sur Mac, le support Mac arrive. Jusqu'à ce qu'ensuite boot camp marche parfaitement avec Windows. Les producteurs sont vraiment conquis par l'idée. En effet le DVD devient dépassé d'année en année et les gens sont en train de rechercher une nouvelle solution.

Donc si un rider veut se faire de l'argent avec sa ou ses prochaines vidéos, qu'a-t-il à faire pour publier sa vidéo sur le site ?
L'inscription à Diversion TV est gratuite. Tout ce qu'ils ont à faire est d'envoyer le DVD, le mini DVD ou bien une K7 avec le signe de l'autorisation de la distribution. (Qui est valable pour télécharger sur le site internet dans "soumettre vidéo" à diversion TV. C'est simple.




Parle-nous un peu de ton riding et ton spot
J'habite à Los Angeles et je ride avec un groupe pas loin d'ici. Studio city est le principal spot. Parfois je vais (Head out) à Océan Park ou Zama Beach aussi. La scène à Los Angeles est assez étalée ainsi le week end les gens rident souvent ensembles. Les jours de la semaine sont la plupart du temps des sessions solos. Le temps est très bon mais l'air est pollué dans Los Angeles. Le trafic devient lui aussi mauvais. Cela prend un certain temps pour se donner rendez vous avec des potes.

Présente nous ton bike maintenant.
Sick Child Aquaduct avec du matos Odyssey, Bizhouse, Ares, Magic fruits, 059 plus quelques pièces classiques.

A part les vidéos et le Flat, qu'est-ce que tu aimes faire ?
Voyager, apprendre des langues, découvrir de nouvelles cultures. J'aime aussi jouer de la batterie.




Joues-tu dans un groupe ? Est-ce qu'on peut trouver tes morceaux de batterie sur You tube ou ailleurs ?
J'ai joué auparavant dans un groupe de Jazz et j'ai souvent eu différents amis qui reviennent et mélangent différents styles allant du Funk au métal. Je n'ai aucune vidéo de ça sur le net. Si vous me mettez à côté d'une batterie, peut être que je jouerai quelques airs.

Et le mot de la fin, est-ce que tu penses qu'ils pourront réaliser (Rad) un jour sur DVD ?
Probablement pas, mais ça serait bien si on pouvait l'obtenir pour diversion TV !

Merci Bobby.

Interview réalisée par Martin de Global-flat.com
Version anglaise : http://www.global-flat.com/articles/index.php?id=119
http://www.diversiontv.com
http://www.diversionvm.com



Bmx Force



Pure

vues: 1541 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM