Accueil » BMX » Circle Cow 2011
Circle Cow 2011

Circle Cow 2011

BMX
Article du CC 12 paru dans ART 1 de mars 2011

Dans la vie, il y a deux écoles, deux visions des choses qui ont chacune ses adeptes et ses détracteurs. D'un coté il y ce fameux adage qui clame qu'on «ne change pas une équipe qui gagne», doctrine appliqué à la lettre par Pascal Mintovt et toute l'équipe du Circle Cow et de l'autre il y a ceux qui prétendent qu'il faut évoluer et s'adapter pour survivre et ainsi perdurer, une théorie défendue par un certain Charles...

Enfin bon tout ça pour dire que la bataille fait rage actuellement pour savoir si oui ou non le Circle Cow doit s'arrêter , voire même si c'était pas la fois de trop ?

Je suis de ceux qui pensent que le Circle Cow est au flat ce que Chabal est au rugby, un pilier. C'est le contest qui démarre l'année, celui qui ouvre le bal et les festivités, où on voit les nouvelles routines des pros et la progression des amateurs. Pas seulement un endroit chaleureux et accueillant où on aime retrouver ses potes et la grande famille du flat. C'est un repère pour tous et une vraie référence en la matière. Alors oui je comprend qu'on n'aie pas envie de changer la recette du succès car tout fait qu'on a envie d'y revenir tant on y a passé d'excellents moments mais parfois l'expérience joue contre nous et nous empêche de nous remettre en question surtout quand tous se passe aussi bien. Mais force est de constater que cette édition du CC 2011 manquait de panache et qu'on se surprenait à bailler toutes les 30 secondes. Une mollesse folle, et pourtant l'envie et la motivation y étaient, même Matthias a fini par chopper le micro mais rien n'y faisait, un Circle Cow soporifique. Moins de public que les précédentes années et peut être une fatigue générale mais le samedi était particulièrement mou. Et pourtant les runs étaient bien mouvementées :

En amateur, le jeune Valentin l'emporte aisément, en même temps il jouait à domicile donc pas trop de souci pour lui.
Chez les experts, le nouveau prodige Melvyn Manson from Lyon a mis le feu et pas que sur son bike, encore un qui a un sacré potentiel et qui ira loin mais qui n'était pas le seul, on peut aussi citer Renaud Melony from la Jumelin School academy dans la catégorie des petits surdoués et un petit mot aussi sur Bruno Samon de Bordeaux qui après seulement 6 mois de vélo nous offre un excellent run à base de spinning et de mega spin turbine, y a de la relève assurée dans cette catégorie.
En ce qui concerne les masters, les boss du week-end étaient parisiens : Fred Page et son style ultra smooth et Renaud Laspeyres et ses hard tricks (comme le spinning forward death truck to decade opposite). On n'oublie pas la Suisse avec Didier Genet et son style inimitable qui conclue ses runs par un fabuleux time machine d'une précision... oui suisse on peut le dire. Et on ne peut pas parler des Masters sans évoquer l'homme que toutes les femmes convoitent grâce à son juggler back packer no hand et sa houpette improbable, j'ai nommé Monsieur Kevin Meyer.

On passe vite fait sur la jam vétéran qui s'est terminé en joyeux bordel organisé et je serais même incapable de vous expliquer comment je me suis retrouvé au milieu de la piste en Locomotive avec le vélo de Benoit...oublions tout ça et souhaitons simplement que Wulfran nous fasse pas faux bond l'année prochaine pour relever le niveau et nous balancer des vrais hangliders comme il se doit.

Bon on se dirige vers le lourd du paquet, le haut du panier si je puis dire : les pros et les inévitables polémiques qui en découlent.

En qualif on a eu le plaisir de retrouver un Alexis Desolneux au meilleur de sa forme avec une nouvelle panoplie de variations en whiplash (turbine backward barhop!!) sur son nouveau proto de bike qu'il prépare pour la rentrée, mais ah on me dit dans l'oreillette que c'est top secret donc je n'en dis pas plus.

Au niveau des étrangers, on avait quand même des allemands (Seb Popischil, Flo Sailer, Marcus Reich et John Kramer, un seul hongrois mais pas le plus mauvais (Adam Kun) mais surtout deux spécimens venus tout droit de Grèce : Alexandro et George Kiko.

À l'heure où vous lirez ces lignes, les vidéos de l'event auront été visionnées plusieurs milliards de fois donc je m'étendrais pas sur les links des riders et même si je voulais le faire, j'y passerais pas des heures non plus parce qu'à part Matthias Dandois qui a bien renouvelé sa routine et qui nous offert des tricks tout beaux tout neufs (quoi que légèrement inspirés par Moto Sasaki mais ça doit venir du guidon qui brille ça...), les autres n'ont pas «brillés» par la nouveauté justement... Quelques variantes et des micro détails en plus pour certains (Joris, Jean, Alex, Arnaud...) mais pas de quoi se couper un bras. Mention spéciale tout de même pour Thomas Noyer qui nous offre une routine bien stylée et incroyablement consistante comme d'hab mais en brakeless cette année et ça change pas mal la donne croyez-moi et il s'en est fallu d'un poil de fion qu'il batte Adam Kun. Le rolling decade pedal to pedal du hongrois a réglé l'affaire assez rapidement mais c'était serré et on est pas passé loin du drame.
Le drame a finalement eu lieu et toujours avec Adam Kun dans les protagonistes mais je vous en parlerais plus bas.

En ce qui concerne le nom du vainqueur de cette édition 2011, le doute n'était pas permis et le suspense aussi tenace que dans un épisode de Louis la brocante mais pour les autres prétendants du podium, c'était plutôt tendu.

Romain Georges se demande toujours comment il a fait pour en arriver là (on pourrait lui parler de jumplash, de half cab whooper ou de guillotine no hand to crack packer mais ça ne changerai rien) et il se retrouve en finale en ayant sorti de gars plutôt balèzes comme Marcus Reich, l'homme qui a le riding le plus lent et le moins tendance au monde, tout en squeak et sur les freins, ce qui n'enlève rien à son talent et la difficulté de ses links mais son style passe difficilement auprès des juges plutôt newschool.

Et je vous parle des juges parce que j'en faisais partie et croyez moi que parfois on s'est bien pris la tête et que ça s'est joué à rien. Notamment la fameuse battle Joris vs Adam qui a fait coulé beaucoup d'encre sur les forums et facebook, surtout par le hongrois qui l'avait mauvaise de se faire battre par un gars beaucoup moins charismatique et polyvalent que lui mais une fois que tout le monde avait revisionné les runs en vidéo, le débat était clos. Oui, il est évident que sur le papier, le champion du monde est bien plus fort que notre ami lyonnais mais là sur ces deux minutes, sur ces 3 petits links, le meilleur était incontestablement Joris et si Adam n'avait pas pensé que c'était du tout cuit, il se serait un peu énervé et nous aurais sorti autre chose qu'un simple bar spin to spinning hitchiker. Contre le quadruple spinning stabble duck to time machine de Joris, ça faisait pas le poids, tant pis pour le hongrois qui passe à coté de sa prime de podium, c'est la vie mec.

Comme je vous le disais plus haut, la question de la survie du contest est posée et on sent un léger raz le bol chez Pascal. Apres 12 ans de bons et loyaux services, on le comprend un peu aussi surtout que personnellement je n'en ai pas loupé un seul non plus. Selon moi le contest va et doit continuer avec ou sans l'équipe du Circle Cow (ce qui serait bien dommage) mais on ne peut pas priver les riders de ce contest, surtout les amateurs pour qui c'est un réel tremplin et une énorme source de motivation. Il doit évidemment évoluer et changer de concept et même de lieu si possible car les 10 bornes dé vélo pour arriver depuis la gare de RER en ont laissé plus d'un sur le carreau. Comme ce sera la 13ème édition, je peux proposer de jouer sur le thème de l'horreur, tout le monde roule dans le noir avec une cape rouge et des dents de vampire... bon ok mon idée est pourrie mais il faut trouver un concept pour que le contest se renouvelle et on va y travailler, en tout cas, la simple idée d'abandonner les délicieuses crêpes au Nutella n'est même pas envisageable donc le Circle Cow doit revenir en 2012 et on sera au rendez-vous comme chaque année.

Photos > Laurent Chazoule et Benoit Linart
Article > Manu Massabova

vues: 1213 j'aime: 0
     
Même sujet
Circle Cow 2012

Circle Cow 2012
C'est reparti pour le célèbre contest de Servon




SUR LE FORUM