Accueil » BMX » Olivier Tourrel
Olivier Tourrel

Olivier Tourrel

BMX
« La rampe pour moi, c’est un rêve de gosse », nous a t-il confié. Decouvrez un ramp-rider clean, sobre et éfficace.


Pour voir les vidéos Quicktime, vous devez avoir le player Quicktime 5.0.




Olivier Tourrel

" La rampe pour moi, c’est un rêve de gosse ", nous a t-il confié. Aujourd’hui les ramp-riders se comptent sur les doigts d’une main et pourtant Olivier est plus motivé que jamais.
Si pour vous le bmx street-dirt, c’est un gars qui se casse une bouteille de bière sur la tête en gerbant avant d’aller s’éclater la tronche sur une rambarde d’escalier, pour lui c’est complètement l’inverse. Mr Tourrel est synonyme de clean, sobre et efficace, ne cherchez pas de taches sur lui ou son bike, il n’y en a pas.
Olivier nous montre une autre facette du bmx, peut-être plus commerciale mais sûrement plus adulte.

Olivier Tourrel en action en Quicktime

Présentation :
Tourrel Olivier, 27 ans, intérimaire en téléphonie.

Que dirais-tu de toi à ceux qui ne te connaissent pas ?
Je fais du bmx depuis 15 ans, j’ai fais de la race, du flat, de la vert et du street. La race m’a amenée au dirt. En 1984-85, c’était la mode du bmx, et forcement, j’en voulais un aussi et j’ai trouvé que c’était sympa de sauter. En 85, j’ai vu une démo des Mad dogs et des américains et j’étais fasciné. Tout est parti de là.

Tu as fais un peu de tout mais c’est surtout en rampe que tu t’es distingué ?
Quand j’ai commencé le bmx, mon but était de faire la rampe. Je flirt avec ce rêve depuis toujours.

Maintenant des rampes en France, y’en a plus ?
Il y a 10 ans, il n’y avait aucune mini en France, on trouvait que des rampes, même au niveau du skate, c’est pareil, y-avait que des banks, des half avec vert. Moi, ça me convenait parfaitement car c’est exactement ce que je voulais faire. Je m’y suis mis petit à petit et plus je progressais en rampe et moins il y en avait en France. Mais la rampe pour moi, c’est un rêve de gosse, y-a de la vertical, des sensations et quand tu maîtrises la vert, c’est vraiment un accomplissement.



Et comment t’expliques que justement on n’en trouve plus, pourquoi les gens n’en font plus ?
Ils ont peur ! La rampe ça fait peur. Si tu remarques bien, c’est toujours les mêmes, Matt Hoffman, Dave Mirra, Mc Coy, Mirron, ils sont 4 ou 5 et c’est toujours les mêmes. Je sais pas si aux Etats-Unis, ils sont plus mais sur les podiums, c’est toujours les mêmes têtes qu’on retrouve. D’ailleurs si ça continue comme ça, bientôt il n’y aura plus de rider en bmx vert ! Ca me fait un peu peur, il faut absolument que les jeunes se mettent à la vert et qu’ils arrêtent d’avoir peur et qu’ils arrêtent de se dire que c’est pas à la mode.
Moins il y a de rampe-riders, moins il y aura de rampe mais c’est une discipline vraiment super, super physique, super impressionnante. En ce moment, je regarde les J.O à la télé, il y a plus de gars qui font de la luge et du curling que du bmx, c’est incroyable !
Il y a tout un travail à faire pour la reconnaissance de notre sport et l’engouement des jeunes.

On va parler un peu de toi, tu roules combien d’heures par jour ?
Je roule à peu prés une dizaine d’heures par semaine, essentiellement le week-end. Je ride à Balard et à Vitry. Sinon, dés que je peux faire du dirt, j’en fais, j’aime aussi faire du flat.
Le street, j’ai carrément zappé. Ca ne m’intéresse plus, les sorties nocturnes où tu vas squatter des marches d’escalier, c’est plus mon truc. Je vais pas te dire que j’ai passé l’âge pour pas en vexer certains mais c’est plus mon truc. Par contre la mini-rampe, j’aime, c’est sympa de faire des figures sans se faire peur.



Tu t’entraînes à quoi en ce moment ?( je l’ai vu presque renter 360 tail whip)
Je perfectionne les deux dernières figures que j’ai apprises, Tooth pick et Tail whip tail tape. Et j’aimerais bien faire 270 to pegs grind opposite. Sinon je perfectionne toujours mes Airs, j’essaie de moins décrocher et d’être plus smooth, c’est vraiment mon but.

Mais y-a plus de contest de rampe, alors à quoi ça sert de s’entraîner ?
Bonne remarque mais est-on vraiment des compétiteurs dans ce sport ? Quand il y aura des compétitions, on en fera, en attendant on s’entraîne parce qu’on est passionné. Quand je dis "on", je parle des 10 riders qu’on est en France bien-sûr.

Après 15 ans de vélo, qu’est-ce qui t’impressionne encore aujourd’hui ?
Toujours pareil, c’est les figures, la hauteur, ce qui est impressionnant, c’est tout ce qui est smooth. Il y a très peu de riders qui m’impressionnent en fait à part les riders super stylés. L’autre jour, j’étais à Balard avec Vincent Vernet et Gros Dos, y-avait pas de grosses figures mais beaucoup de style et ça m’a super motivé.



Et à part le vélo, qu’est ce qui t’intéresse ?
Les Filles bien-sûr mais aussi la musique, je joue de la batterie, j’adore la musique. J’aime aussi beaucoup me balader dans Paris et j’aime bien le milieu du thé. Je suis passionné par tout ce qui est à l’opposé du bmx, si tu préfères. Tout ce qui est " mouvance clochard " dans le bmx, c’est pas mon truc.

Qu’attends-tu du bmx aujourd’hui ?
Moi, j’attends tout. J’attends que ça passe à la télé, dans les quotidiens et tout ça. On est underground et je pense pas qu’on puisse être corrompu par les médias ou quelques systèmes, de toutes façons, on restera underground. Dans les années à venir, ce serait bien de développer le côté médiatique et le côté distant et underground. Des rampes et des skateparks de partout, ça j’attends vraiment. Je sais pas si je le verrais mais en tout cas, j’aimerais y participer.

Comment tu le vois alors l’avenir du bmx ?
Je le vois un peu noir. Je pense qu’il y a une partie des bmxers qui ne fait rien pour pousser le sport vers le haut. Et comme pour ça il faut qu’on soit solidaire, ça ne risque pas d’évoluer. C’est une question d’image, t’en as qui sont OK pour devenir pro et d’autres non. Et tant qu’on sera pas tous unis, on ira jamais au devant des médias et on aura jamais de reconnaissance.



Tu as travaillé chez Home core, tu veux en parler ?
Oui, mais le milieu du bmx, c’est pas mon truc. C’est mon sport mais c’est pas mon type de vie. Travailler chez Home core, être dans les pièces de vélo toute la journée, c’était pas mon truc.

Tu as des projets maintenant ?
Vélo ou pas vélo, je sais pas. Peut-être que je m’orienterais vers le commerce du thé, monter une enseigne ou alors un skatepark. Je sais pas trop mais je ferais toujours du vélo.
J’ai des idées, surtout au niveau d’un skatepark, en indoor à la périphérie de Paris, un peu comme le roller park de Vitry mais vraiment bmx avec une aire conçue pour le bmx, quelque chose de super propre avec un snack, une aire de détente, pourquoi pas un shop mais super propre, pas de tags, pas de trous, pas de bières, quelque chose de propre quoi ! C’est une utopie mais bon, imagines une chaîne de park "National Bmx Park" . Un à Paris, un à Marseille, un à Lilles et un à Bordeaux, tu fais des contests dedans avec un championnat de France et l’été tu fais des camps d’entraînement et tu fais bosser les pilotes avec au niveau de l’état des diplômes pour qu’ils soient entraîneurs. Un truc énorme mais dans ce sens. Woodward, quoi !



As-tu un message à faire passer ?
Roulez avec des freins, roulez propre, roulez pro, roulez sobre, roulez en vert, roulez en dirt et roulez en flat. Hang five, c’est pas si dur que ça, tout le monde peut le faire. Et faut arrêter d’assimiler le bmx au monde des clochards. Je ne demande pas au bmx d’être dans la Jet set mais être à l’opposé, c’est nul. On est des gens normaux, quoi !

Des remerciements ?
Maman et pépé, Gérard Garcia, Jérôme Vombrock, Stephane et Arnaud Mouvand,Guiz, mes ex-sponsors comme Templar, Manu Massabova, Sabrina, Leeloo, Mickael Renaud, Nicolas Jurcovitch, Titem, Romaric Fath, tout les ramp-riders et tout ceux que j’oublie.

Si un sponsor lit ça, tu lui dirais quoi ?
C’est un mec qui fait du vélo depuis 15 ans, qui aime bien la vert, qui fait pas beaucoup de contest mais qui est open ! Open pour rouler sur du matos de bonne qualité.

Merci à toi.

Propos recueillis par Manu

vues: 2323 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM