Accueil » kite » Flash Austin
Flash Austin

Flash Austin

kite
Rencontre avec un des pionniers du Kite les plus doués et imaginatifs du moment. Dès qu'il s'agit de balancer des moves bien radicaux, Flash prend les commandes !

Salut Flash, alors, pourquoi le Kite ?

En 97, je suis parti de Floride pour aller m’installer à Hawaii après avoir halluciné sur une image de Manu Bertin en train de rider avec son surf sous les pieds et tracté par un cerf-volant.

J’ai tout de suite su que c’était ce que je voulais faire!
Ce que j’ai réussi depuis à travers le Kite, c’est d’accomplir en partie mes rêves les plus fous.
Je n’appellerai pas cela du succès mais simplement une "qualité de vie", un style de vie des plus enrichissants !

Avec le Kite, je voyage à travers le globe, ce qui m’amène à rencontrer des gens de cultures différentes.
J’ai la chance de pouvoir faire les choses que d’autres n’auront certainement pas la possibilité de faire un jour...avant d’être à la retraite!

C’est très appréciable de mener sa vie dans ce sens quand tu es jeune.
Pour moi, c’est une vie très simple mais une expérience tellement riche !


Comment définirais-tu le Kite ?

Le Kite dépasse tout définition !
Cela va au-delà. C’est je crois un des sports les plus dynamique qui soit et côté "spirit", c’est très proche du Snowboard, du ski extrême...
Ce qui y ont goûté savent de quoi je parle !
Ce que j’ai réussi jusqu’à présent en Kite, je le dois à 50% grâce à un don de la nature et les 50% qui restent, je l’ai acquéri à la force des bras !

Pour réussir, et c’est dans n’importe quel domaine d’ailleurs, c’est le travail qui paie. Tu dois bosser dur tous les jours !
Des fois, je compare ma carrière à un entraînement de dingue dont le rythme s’accroît chaque fois plus et qui devient en fin de compte incontrôlable.
C’est un style de vie incroyable que je vis là et qui te pousse à te prouver chaque jour à toi-même que tu peux y arriver. Il faut pouvoir garder le rythme ; c’est parfois dur.
Mais c’est ce qui me plaît !!


Du mois d’avril au mois d’août, la saison bat son plein et je suis sans arrêt en train d’aller à droite à gauche pour me rendre sur les compètes.
Cela signifie : décalage horaire, un max de temps de perdu dans les transports (avion, voiture, bateau même...) le tout bardé de matos qu’il faut déballer et remballer à chaque fois !
Pour ainsi dire, durant ces 5 mois intenses, je ne mets jamais le pied à la maison.
En plus de cela, il est très important de garder un certain équilibre, assez dormir, bien manger, s’accorder des moments de break nécessaires, se dégager du temps pour les sponsors...
...et tout donner pour les contests !


Et le future, tu l’envisages comment ?

En réalité, je compare mon avenir personnel à la Bourse!! Personne ne sait vraiment ce qui va lui arriver demain.

Mais contrairement à la Bourse, c’est un avenir qui est quand même plutôt calculé. Je ne prends jamais de risques inutiles. Je sais chaque fois ce que je fais et arrive parfaitement à me contrôler.
Je crois que les gens voient ce sport comment une mode pour le moment, mais j’étais déjà dedans bien avant que tout l’aspect marketing, business se mette en place autour... alors tu sais, le kite, c’est n’est pas un wagon dans lequel j’aurais sauté mais avant tout un véritable style de vie. C’est ma vie.

Jusqu’à présent, et je touche du bois, je n’ai jamais été gravement blessé; je fais de la muscu régulièrement, ce qui t’aide ensuite quand tu es sur l’eau.
Je suis assez petit mais je pense que ce travail de fond m’a permis d’éviter de ma faire mal.
Comme on dit, tant qu’on reste actif, on garde une vie saine jusqu’au bout.

Regardes, à Maui, il y a pas mal de mecs âgés de 60-70 ans qui rident encore!
De plus, un corps bien entretenu récupère bien plus vite des petits bobos.


Pourtant, on s’aperçoit que les accidents en Kite sont assez fréquents...

Comme dans tout sport dit extrême, les accidents arrivent; le Kite ne déroge pas à la règle.
Cependant, il ne faut pas généraliser. Ce sont souvent les personnes qui s’y mettent seules, sans véritablement avoir appris les bases, qui s’exposent au risque.

Quoi qu’il en soit, n’importe quel accident me blesse au plus profond de moi. Je crois tout à coup avoir tout perdu.
Cela affecte énormément mon mental. Quand tu as le malheur d’être immobilisé et que tu vois les autres rider, c’est horrible !
Après, c’est souvent dur de s’y remettre à fond. Il faut être volontaire.
Mais chacun doit se responsabiliser et être conscient du risque qu’il encourre quand il se met à défier les éléments.

Les médias se centrent trop sur les accidents de Kite, et s’intéresse finalement peu à la beauté du sport et aux sensations qu’il engendre.

Et par rapport à la sécurité en général ?


C’est un aspect qu’il faut prendre avec beaucoup de sérieux. Nous n’avons pas encore réussi à mettre au point un standard qui garantisse un largage efficace quand le rider est en danger. Dernièrement, Naish a par exemple présenté un tout nouveau leash mais qui empêchait de réaliser certains moves...
C’est une des raisons pour laquelle dans le passé certains pros n’utilisaient pas de système de sécu.
C’est pourtant à mon sens indispensable car un jour ou l’autre, on en a besoin.


Ok, parlons un peu des compètes maintenant.

Chaque étape du KWT (Kite World Tour, ndlr) a ses propres caractéristiques et un charme différent.

Podersdorf (Autriche) est unique quand il s’agit du public et des fêtes qu’il y a là-bas !
La Californie est reconnue pour ses vents assez forts.
Margarita (Venezuela) est encore un paradis inexploré.
Cabarete (République Dominicaine) s’avère être une combinaison parfaite entre le Kite la journée et les soirées paisibles.
A Fuerteventura (Canaries), tu as des vents violents et le paysage de fait penser que tu es en plein désert. Tu réalises alors combien on est petit par rapport à la nature...
Silvaplana (Suisse) ressemble un peu à Fuerte dans ce sens où le paysage qui t’entoure est irréaliste.
Hood River (Etats-Unis) est un spot polyvalent: tu peux aller faire du Kite le matin et grimper en montagne ou skier l’après’m dans les Rocheuses.
Reste Maui, qui garde des conditions fabuleuses tout au long de l’année. C’est d’ailleurs pourquoi c’est si connu.


Toutes ces destinations, ça invite au voyage n’est-ce-pas ?

En fait, je passe la majeure partie de mon temps à voyager. Bien sûr, mes sponsors (US40 et Naish) m’aident énormément niveau budget.
Comme je le disais tout à l’heure, c’est épuisant. Il y a pire je te l’accorde mais il faut savoir que ce n’est pas toujours facile.
D’ailleurs, dans notre jargon, on appelle ela "travel-fatigue".


Tu es sponsorisé par US 40, l’apparence vestimentaire est-elle importante dans le Kite ?


La mode dans le Kite se caractérise par des pantalons que l’on met par dessus la combi et qui te protègent pas mal des chocs.
C’est une mode qui a permis au Kite de se démarquer du Windsurf.
Aujourd’hui, le sport à son propre style et les produits destinés à la pratique du Kite sont devenus spécifiques.
Je suis impliqué dans le développement de la marque US 40, une opportunité qui me permet de développer des fringues à la fois sympas et techniques.


Dernière question Flash, que penses-tu du PKRA (Professional Kite Riders Association) ?

Je suis impressionné par ce qu’a mis en place cette année le PKRA.
C’est une association à but non lucratif. Sans un dollar en poche, Mauricio Toscano a fait un travail extraordinaire dna sle sens où il a réussi mobiliser l’ensemble des riders et à agir dans leurs intérêts.

Bien sûr, la première année est une année d’apprentissage mais j’ai beaucoup d’admiration par rapport à ce qui a déjà été accompli.
Les Tour professionnels, comme le PKRA-Tour ou le BMC Tour l’année dernière sont essentiels pour le pérennité du sport et de ses acteurs.
Il faut avant tout penser à l’avenir du Kiteplutôt qu’à ses intérêts personnels.

Pour le moment, les juges se focalisent sur un pannel de moves à la mode mais n’évaluent pas assez objectivement les tricks "hardcore".
Je pense qu’à l’avenir, il serait bon de réévaluer ce système de notation.
Cela viendra, j’en suis sûr !

Texte (Trad) : PAD'bois
Photos : F-X Abonnenc / US40
vues: 585 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM