Accueil » kite » Nuit de la Glisse – Episode X
Nuit de la Glisse – Episode X

Nuit de la Glisse – Episode X

kite
La NDG est une institution. Depuis 22 ans, un forcené réalise à la force du poignet un long métrage en 35mm sur la glisse. Un véritable film quoi. Focus sur l’historique de cet événement phare et le nouveau film (Perfect Moment), dédié à Marco Siffredi.

Historique

Cela fait maintenant 22 ans que la Nuit de la Glisse existe. 22 ans que chaque année Thierry Donard réalise le tour de force de boucler le budget d'un film 35mm sur les sports extrêmes, de le tourner et de le diffuser dans toute la France, et certains pays européens.
Inutile de vous le dire, la tâche est colossale, car il ne s'agit pas ici de vidéo DV, mais bien de cinéma ! L'ampleur des tournages (et donc du matériel impliqué et du personnel) est multipliée par 10, et ramener les 1h30 de film des quatre coins du monde est une véritable performance, tant d'un point de vu logistique que humain.
Car là où la majorité des producteurs vidéo filment du pur freestyle, la Nuit de la Glisse montre surtout du pur freeride dans des pentes engagées et des spots vierges. Le risque n'est pas le même (pour les riders) ! La difficulté de tournage non plus.

L'Esprit Nuit de la Glisse

Faire un film sur le sports extrêmes qui plaise à la fois au grand public et au public " core " (les vrais riders), n'est pas chose aisée. D'un côté, il faut montrer plus que du ride (au risque sinon de lasser) et faire comprendre en quoi consiste notre univers (les riders, les spots, les risques, l'ivresse…), et donc prendre le risque d'être considéré de l'autre côté comme étant un film " illégitime ", c'est-à-dire pas suffisamment pointu.
La Nuit de la Glisse (NDG pour les intimes), c'est donc à la fois du ride et du rêve. Après un cab 900 bien fat ou un barrel bien gras, le spectateur a droit à des paysages somptueux, des interviews en voix-off susurrées comme des confessions, des time-laps (plans accélérés) sur le temps qui passe... Une tout autre poésie que celle des vidéos habituelles (pour une majeure partie : bitures, vomis, et bastons), ça fait pas de mal.
Côté ride, l'accent est mis sur les grands espaces et la liberté. Vous mettez souvent les pieds dans un park de snow ou sur le spot de surf du coin ? Et bien vous ne mettrez jamais les pieds sur les pentes vierges des Alpes ou les spots inconnus du Panama montrés dans le film. Un rêve, ça doit rester inaccessible…

Le succès Nuit de la Glisse

Force est de constater que les derniers films ont apparemment satisfait les deux camps, preuve d'un certain succès dans la réalisation du film.
Une étude marketing a même récemment placé la NDG en tête des événements Français au niveau notoriété. La récompense de nombreuses années d'efforts passionnés qui eux seuls peuvent permettre de boucler chaque année un tel projet.
Au final, certains pourront critiquer quelques passages un peu mous, le manque de pointures internationales, le parti pris un peu trop personnel du réalisateur, ou encore l'absence de tel ou tel sport (ils reviennent tous de manière cyclique)… Mais personne ne pourra critiquer l'incroyable travail réalisé et la qualité " cinéma " des images.
Avouez qu'il est plus sain pour " monsieur tout le monde " de voir la NDG que " In God's Hands " ou encore " Blue Crush ", les dernières productions cinématographiques qui ont eu pour seul effet de montrer que les riders étaient des débiles profonds…

A voir dans tous les bons cinémas près de chez vous (mais pas tout le temps, checkez les dates de passage dans votre ville).

Le programme de la Nuit de la Glisse
"Cette histoire pourrait être la vôtre, celle de certains humains qui ne vivent que pour réaliser leurs rêves, celui de partager de tels instants, pour cela ils sont prêts à vivre en marge de la société, passer leur temps à voyager, à suivre les swells, les pertubations qui apporteront les chutes de neige, à suivre le vent dans des lieux où les formes de la nature lui donneront une puissance constante pour propulser des engins créer par l’homme pour jouer, uniquement jouer."

Kite et windsurf

Lieu: Sal, Cap Vert
Riders: Josh Angulo, Raphaël Salles, Malik Bouchnafa

Ski et snowboard, freestyle

Lieu: Trysil, Norvège
Riders: Pierre Espaglière, Phil Meier, Seb Lounis, Lene Nordermoen, Isaak Hurst, Steele Spence, Christian Thoresen

Ski et snowboard, freeride

Lieu: Emosson, Suisse
Riders: Lene, PY

Surf

Lieu: Panama, côte ouest
Riders: Marie Pierre ABGRALL, Jonathan LARCHER, Manu PORTET, Jean-Jacques BILLARD, Jason APARICIO, Omar «Carbo» FIGUEROA, Alejandro « Cholito » ALPHONSO

Ski et snowboard, freeride

Lieu: Blatten, Suisse
Riders: Lene, Marco Siffredi, Baptiste Blanc, Xavier Troubat, Lance Cyr, David Michelod

Freefly

Lieu: Empuria Brava, Espagne
Riders: Nicolas Arnaud, Frédéric Fugen et Stéphane Fardel

Skate

Lieu: Marseille, France
Riders: Stef André, Medhi Salah, Patrice Moller

Kite et surf

Lieu: Maldives, île de Kani
Riders: Malik, Boris

Ski et snowboard, freeride

Lieu: Narvik, Norvège
Riders: Lene, PY Leblanc, Enak Gavaggio, Kaj Zakrisson, Marco Siffredi, Simon Favier, Vivian Dotty , David Michelod, Guerlain Chicherit.

Ski et snowboard, freestyle

Lieu: Garmish, Allemagne
Riders: Laurent Gougain, Simon Favier et Lucas Benacchio, Daniel Franck

Snowboard, pentes raides

Lieu: Chamonix, Couloir Gervasutti longueur 650m, inclinaison 50-55°
Rider: Marco Siffredi

Hommage à Marco Siffredi

Marco a disparu dans l'Everest peu après la fin du tournage d'une séquence d'anthologie dans les Alpes où il avait une fois de plus bluffé tout le monde par son aisance et son instinct.
Ce film lui est entièrement dédié. Thierry Donard :

"Marco a été aperçu pour la dernière fois par ses deux sherpas au départ du couloir Hornbein. Il avait déjà alors, à 23 ans, gravi par deux fois l'Everest et ceci en a peine 500 jours d'intervalle.

Il faut s'imaginer tout simplement ce petit bonhomme prendre la décision au sommet de l'Everest de dévaler seul sans aucune assistance possible cette face de plus de trois milles mètres de dénivelé à une altitude qui ne pardonne rien, à peine à deux heures de la nuit, alors que l'ascension finale fut très rude.
Zangmu le jeune sherpa qui l'attendait au pied du couloir ne l'a jamais vu arriver. Le lendemain midi, il repartit seul sans Marco.

Marco va beaucoup manquer, à beaucoup de monde, à celui de la montagne, celui du snowboard et beaucoup, à ceux qui l'on côtoyé.
Mais il manquera sans doute plus encore à sa famille, à Michelle sa mère, et Philippe, son père et Stéphanie, son amie.
Alors, pour ceux qui ne le connaissaient pas, il reste les images et le témoignage de ceux qui l'ont bien connu.

Marco était un véritable aventurier, un héros des temps modernes, tout ce qu'il faisait était d’abord pour lui. C'est pour cela que j'admire sa démarche et que surtout je la respecte, Marco a suivi jusqu'au bout ses rêves et nous les a fait partager."

Texte: Vince
Photos: Nuit de la Glisse / Uppercut

Toutes les dates de la tournée

Lancement de la Nuit de la Glisse au Grand Rex le 25 octobre à 20h30 et le 26 octobre à 21h30, puis en tournée dans toute la France jusqu'au 14 décembre.
vues: 2120 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM