Accueil » kite » Réglages, part II
Réglages, part II

Réglages, part II

kite
Suite de nos conseils pour mieux vous régler en vagues. Objectif réglage du gréement.

Intro
Avant de parler de réglage, parlons du choix de la voile.

La surface de la voile doit être adaptée à la planche: s’il est possible de mettre une petite voile sur une planche un peu volumineuse( c’est l’option de Keauli Seaudi en freestyle) il est impensable de mettre une grosse voile sur une planche qui n’a pas de volume ou qui n’a assez pas de largeur : ainsi une 5.7 de vagues n’est pas adaptée à une planche qui fait moins de 55cm de large

Parallèlement la surface de la voile doit être adaptée à la planche; en vagues, naviguer surtoilé c’est mal naviguer ; il est donc essentiel de choisir sa voile en fonction de soi et du vent et non pas en fonction de la surface de son pote ; ainsi à Gran Canaria par exemple lorsque Vidar Jensen met 3m2, Bjorn Dunkerbeck ne descend pas en dessous de 3.7m2 ; en France c’est pareil Antoine Albeau met souvent 1m2 de plus que tout le monde voir 2m2 de plus que le plus léger (Yannick Anton)

Enfin la surface de voile dépend du style de navigation et des optionsque nous avons décidé de donner à notre nav : ainsi Keauli SEAUDI ou Yannick ANTON naviguent souvent en vagues avec 1 à 2m2 de moins que tous les autres.
Pourquoi ?
Tout simplement pour avoir un gréement ultra léger qui va leur permettre d’utiliser leur board comme un surf et non comme une planche à voile (la puissance de la vague leur permet de surfer, non la voile) Certes pour partir au planning leur voile est réglée d’une façon particulière mais cela nous le verrons plus loin.
Sur le même principe en Freeriding (pas en compète ou l’écart entre les surfaces est moins prononcé) Andy Wolff, 90 kilos le bébé, n’envisage pas la nav’ dans les vraies vagues au-dessus de 5.3 !!!


La voile

En ce qui concerne le réglage de la voile, une voile se règle à l’amure et à l’écoute.
Après la mode de la chute molle à outrance, il est nécessaire de s’interroger sur le pourquoi de celle ci ; en compétition il est nécessaire de naviguer surtoilé : soit pour aller vite, soit pour être toujours au planning ; Ainsi pour évacuer le trop plein de puissance en faisant circuler l’air jusqu’à la chute ouverte qui l’évacue, les coureurs ont été amenés à tirer plus à l’amure afin de cintrer leur mat et donc de ramollir leur chute.

En règle générale, la chute doit toujours légèrement être ramollie même en condition light ; la puissance est alors modulée par le point d’écoute. Le ramollissement ne doit par contre ne pas excéder les 2/3 en largeur au niveau des 2 dernières lattes.
Il ne sert à rien de tirer trop au point d’amure, avec la nouvelle génération de mat, la voile travaille toute seule grâce aux propriétés du mat : souplesse et retour rapide.
Petit conseil une voile trop tirée au point d’amure claque de la chute au prés.
Autre petit conseil pour savoir si la chute n’a pas trop été tirée : un gus se met au pont d’amure et le maintient au sol, l’autre se met en tête de mât et le cintre en essayant de lui faire toucher le sol : le haut de la voile va se tendre ; si la chute est toujours détendue c’est que le pont d’amure a été trop souqué.

Dernier réglage, le point d’écoute ; il est le régulateur de la puissance de la voile.En vagues, afin que la voile soit neutre et n’est pas trop d’inertie, il doit être tiré afin que la voile lorsqu’elle est gonflée ne touche pas l’autre coté du wish.


Le wish

La règle de base pour le wish est de le monter lorsqu’on avance le PDM et de le baisser lorsqu’on le recule.

Maintenant, la hauteur bien sûr dépend de votre gabarit mais aussi de ce que vous avez envie de privilégier sur l’eau :
Contrôle, le wish sera positionné un peu plus bas pour avoir des appuis francs(le poids du corps étant sur les appuis )
Départ au planning , le wish sera positionné plus haut afin d’alléger ses appuis en se suspendant, d’appuyer sur le pied de mat (qui est dans ce cas plus avancé que d’habitude)
La hauteur du wish dépend donc lui aussi de la nature du plan d’eau :
Plan d’eau agité, vent fort ou grosses vagues( nécessitent de l’appui au bottom) et afin de contrôler l’ensemble, le wish est plus bas que d’habitude.
Plan d’eau plat, vent irrégulier le wish est plus haut afin d’éviter de coller à l’eau.


« Voilà quelques astuces de réglages, faites-en bon usage et surtout, n’hésitez pas à en tester sans cesse de nouveaux, les progrès sur l’eau s’en ressentiront !
A bientôt ! »



Crédits photos: Ugo Richard
vues: 1971 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM