Accueil » skate tricks » Frontside flip
Frontside flip

Frontside flip

skate tricks
Ce serait dommage de perdre une OUT sur ce tricks qui n’est plus un problème pour ceux qui sont nés après 1988…


Enfin, tout est relatif. Ce n'est pas parce que certains sont nés après 1988 qu'ils vont forcément le rentrer naturellement sans travailler, le flip front. On ne voudrait pas faire culpabiliser tous ceux pour qui la vie doit déjà être difficile. L'adolescence, que choisir : le rap ou le rock, ouais c'est dur... Il y a 12 ou quinze ans, il fallait choisir entre rock et musique électronique, c'était pas facile non plus.

Alexis Lamendin, lui, on ne sait pas quel âge il a, mais pour le flip front, ça va aller. Dans ce monde fascinant de la planche à roulettes, il y a toujours eu deux façons d'aborder ce trick. La méthode « Reynolds », qui consiste à faire un vrai flip à plat, à 90°, qu'on va catcher et terminer la rotation d'un coup de rein. Et la méthode « Muska », qui tend plutôt à lancer la planche un peu plus verticalement, comme pour un hardflip, et dont la rotation est plus progressive. On ne pense pas qu'on puisse choisir entre l'un et l'autre de façon délibérée. Tout dépend de vous, de votre façon de skater, votre morphologie, votre aptitude à la fainéantise, etc... Sinon, c'est que vous êtes vraiment un cador avec une conscience aigue de l'esthétique.

Dans le cas présent, vu la longueur de l'obstacle, l'important c'est surtout de replaquer de l'autre coté de la rue. Il y a quand même la largeur pour faire passer une voiture. Eviter le hang-up parait donc un truc à garder en tête, surtout que la rue est en descente et qu'il arrive avec une vitesse molinaresque.









Pour rentrer ce trick au flat, il va falloir popper pas mal, pour avoir le temps de faire le 180. On peut aussi le faire en raclette, mais l'essuie-glace est très mal vu par toutes les fashion polices. Et même, la sensation de la raclette n'est pas particulièrement valorisante, de toute façon. C'est plus excitant de faire ollie sur 4 marches que flip front avec les 2 tranches qui claquent par terre.












Un truc qui n'est pas évident aux premiers abords, c'est le placement du pied arrière. Pour accélérer le flip, on peut placer le pied sur la tranche opposée à celle qui fait flipper la planche. Le décalage est bien sûr très léger. Si on tire un trait le long du milieu de la planche, on le décale légèrement vers le bord gauche (pour un goofy). Ce conseil est assez relatif, mais ça fait avancer la progression quand on en est au début.













La difficulté ne réside pas dans le flip mais dans la rotation. On va souvent s'arrêter à la moitié, sans terminer le dernier 90°. Contrairement au flip qu'on lance vraiment vers l'avant, le pied avant va tirer doucement le flip vers l'arrière. Ce qui va attirer le corps pour le 180.

















Sur les images, Alexis le fait à la « Muska », en tirant fort vers l'arrière, ce qui monte la planche quasiment à la verticale. Du coup elle flippe vraiment toute seule et la rotation est facilitée.












Le problème, c'est qu'à cette vitesse, cette technique nécessite une bonne maitrise et reste quand même osée parce qu'on ne se rend compte qu'au dernier moment si ça va aller ou pas. La redescente est vraiment à la verticale. Une chance qu'Alexis ait l'envergure d'un albatros pour survoler la rue.










Après, tout est question de confiance. Comme d'habitude, si le trick est bien lancé au départ, il y a des chances pour que tout se passe bien. Sauf hang-up sur le trottoir...






Là, ça va, les spectateurs sont contents, ça leur a fait un peu de distraction et ils aimeraient bien savoir où trouver des Vans avec les pois disco dessus.


Cliquer l'image pour voir la vidéo en Quicktime (3,9Mo)



Pif.
vues: 6539 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM