Accueil » skate tricks » Switch heelflip front
Switch heelflip front

Switch heelflip front

skate tricks
Comment se soigner au SHF ? Et tout cela est-il bien nécessaire ? Oui. Car, aujourd’hui, sur les playgrounds modernes, on parie de l’argent, madame.


Oui madame, parfois, quand les enfants jouent, c'est avec de l'argent. Souvenez-vous, un jour, vous aviez soupçonné la chair de votre chair d'avoir piqué quelques euros dans votre sac à main. Vous ne saviez trop quoi en penser et surtout, vous vous voiliez la face comme le font si bien les mamans trop aimantes. Eh bien, ne cherchez plus, si l'argent n'était plus là : dette de jeu. Oui, c'est dur madame, respirez.
Parce que si vous vous rappelez bien, un autre jour, cette fameuse bagarre à l'école. Il était rentré salement amoché, en vous disant qu'il avait défendu votre dignité quand un camarade vous avait attribué une fonction d'allègement des souffrances de l'homme. Votre mari avait conclu, en privé, par un laconique : « ça, c'est encore l'œuvre d'un arabe ». Et vous aviez félicité votre progéniture de veiller avec autant de soin à l'honneur de la famille (bien que vous lui ayez demandé, aussi, d'éviter les ennuis).
Eh bien... mauvaise nouvelle. Il avait menti. La réalité est malheureusement toute autre : c'était une dette de jeu. Il était « T » sur un switch heelflip, et n'avait pas la queue d'un radis en poche. Le créancier lui a alors déformé momentanément le visage. Il était suédois par sa mère et grenoblois par son père. Ressaisissez-vous madame, c'est vrai, votre mari est raciste mais tout n'est pas perdu... ah vous pleurez pour votre fils ?

Ecoutez... sur un plan physiologique, la recherche en neuropsychologie prend comme hypothèse que le joueur pathologique présente une distorsion cognitive envers le concept de l'indépendance des tours. En d'autres termes, il ne saisit pas à quel point il a peu de chances de gagner. Le joueur assez avancé dans son affliction se comporte différemment des gens affectés par d'autres dépendances, comme l'alcoolisme ou la toxicomanie. Quand il gagne, il est euphorique et veut continuer à jouer pour réaliser son rêve, et quand il perd, il est stimulé aussi, car il se place en situation de survie (il veut «se refaire»).

Nous présumons que le système nerveux du joueur en prend alors un sérieux coup, car il est continuellement sous tension. La maladie du jeu se développe plus rapidement que les autres dépendances, car le jeu a un effet direct sur le budget financier du joueur et de sa famille.

Si le joueur comprenait la portée réelle de l'espérance mathématique du jeu, le côté rationnel des pertes et des gains l'emporterait sur la distorsion; or il n'en est pas ainsi. Nous pensons qu'il est possible de corriger les distorsions cognitives chez le joueur compulsif. Tout simplement en apprenant le switch heelflip front (SHF). Oui madame, je sais, nous sommes compétent, c'est pour cette raison que vous lisez Agoride.

Notre démonstrateur, Sergio Cadare, est un expert. Un joueur repenti. Il gagnait souvent les OUT jusqu'au jour où il a rencontré Gauthier Rouger. Et tout a basculé. Banqueroute, dépression, chute de confiance, TS, médicament. Aujourd'hui, il est clean. Grâce à son entourage. Et à nos conseils. Il revient pour nous expliquer sa guérison par la voie du SHF.







Parallèlement à cette technique, nous vous conseillons quelques médicaments en complément à chaque période (sous ordonnance).













Arriver avec une vitesse suffisante pour passer des marches, si marches il y a. Médicament conseillé : Dexédrine.











En switch, le pied avant bien posé comme pour un heelflip exagéré. Les épaules se préparent à tourner pour effectuer le 180° En switch front, ça tourne assez facilement, ce n'est pas vraiment la rotation qui pose problème, c'est le switch heel. Médicament conseillé : tout comprimé à base de MDA (comme le Ritalin par exemple).












Une fois que c'est parti, il faut veiller à ne pas envoyer la planche dans le décor. Le switch heelflip doit être juste ce qu'il faut poppé, et juste ce qu'il faut heelflippé. Question d'appréciation.
Médicament conseillé : Marinol.

















Ensuite, le sort est jeté de toute façon, il faut juste garder confiance et ralentir son rythme cardiaque. Médicament conseillé : Temesta ou Nembutal.














Enfin, c'est l'atterrissage. Absorber le choc, vous vous retrouvez dans le sens habituel, ce qui facilite l'équilibre. Médicament conseillé : phencyclidine










Vous pouvez continuer sur le marbre, plein de l'assurance de celui qui a accompli son destin. Médicament conseillé : le skate, le seul médoc qui vaille vraiment le coup. Tous les médicaments cités plus haut sont des vraies saloperies, pour un corps sain comme le votre.


Cliquer le gif pour obtenir la vidéo 1,5Mo en QT




Pif

Les seuls paragraphes sérieux de ce texte (2,3 et 4) sont l'oeuvre de Louise Pagé, Professeure au collège Montmorency.


vues: 1778 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM