Accueil » snow-ski matos » Les nouveaux films de snowboard

Les nouveaux films de snowboard

snow-ski matos
Promis, vous allez découvrir toutes les nouvelles vidéos avant Noël. Mais comme un internaute utile est un internaute fidèle, nous vous allons vous les livrer 3 par 3. Et oui, tout se mérite. Cette semaine les films de Mack Dawg, Absinthe et Airblaster.



Titre : From____, with love
Producteur : Mack Dawg Production
Riders : Jeremy Jones, DCP, Lukkas Huffman, Chad Otterstrom, Eero Ettala, Heikki Sorsa, Scotty Arnold, Josh Dirksen, Jussi Oksanen, Louie Fountain, Wille Yli-Luoma
Genre : freestyle
Durée : 50'
Prix : 50 euros

Depuis quelques années, Mack Dawg tente de se trouver un nouveau style, de moderniser un peu ses films. Fini l'époque Forum, vous ne trouverez ni JP Walker, ni Peter Line, ni autres compères de l'épopée Forum. Suite à l'aventure solitaire de Video Gang en 2003, il semble que MDP ai bel et bien tourné la page Fourstar (propriétaire des marques Forum, Jeenyus, Special Blend, Four Square) et que les deux structures se soient réellement brouillées.
Après avoir surfé sur ses heures de gloire, on avait reproché à Mack Dawg son manque de remise en question et d'originalité dans la réalisation. Le message semble être passé, puisque Mike Mac Entire a décidé de déléguer la réalisation pour ne s'occuper que de la direction technique des prises de vues. Résultat, un produit plus abouti, plus réfléchi, de beaux habillages graphiques, c'est chouette. Le film n'est pas construit en fonction des runs des riders, mais en fonction des spots et pays visités. D'ailleurs le concept de From___, with love, c'est le voyage aux quatre coins du Monde des spots. Côté ride, MDP reste une grosse référence. Une fois encore les Finlandais sont à l'honneur et fracassent tout : Eero Ettala, Heikki Sorsa, Jussi Oksanen et Wille Yli Luoma. Ils ont les parts les plus techniques, et d'une manière générale, on pourrait dire qu'ils sautent, alors que tous les autres (les ricains) jibbent. Oui, c'est d'abord un film ricain, alors des rails, il y en a, encore, et encore, et encore encore. Bien que, surprise cette année, il y a aussi de belles images de freeride, tournées notamment en Russie. Mack Dawg nous affiche même de jolis paysages carte postale sur un fond de musique sentimentale. Inimaginable sur un film MDP il y a quelques années. Bref, des ultra-parks de la Californie aux sommets de la Russie en passant par le Cercle Arctique norvégien, From___with love présente un panel d'images ultra variées tout en restant au top du freestyle.



Titre : December
Producteur : Airblaster
Riders : Travis Parker, Andrew Crawford
Genre : à vous de voir
Durée : 50'
Prix : 35 Euros

Ne vous laissez pas avoir par la jaquette de December. Bon, c'est vrai qu'en recevant ce film, notre œil a tout de suite été attiré par cette belle et originale pochette en bois. Puis quand on lit les quelques infos jaquette, on comprend le concept de December : deux pros-riders, Andrew Crawford et Travis Parker s'offrent un road trip snowboard à travers l'Europe de l'Est. Crawford et Parker ne sont plus vraiment des pros en vue en 2005, et seulement deux riders pour un film, ça peut sembler léger. Mais l'idée de départ semble vraiment originale, et on se dit que cela pourrait aboutir à un produit aussi décalé que distrayant. Mais comme la première phrase de ce paragraphe vous l'a laissé pressentir, la déception est grande. Comment pourrait-on vous faire comprendre ce que l'on a ressenti sans trop avoir l'air de s'acharner sur December ?... Pas évident. Ce film est vide, transparent, soporifique. Pour le snowboard, les spots visités sont plus qu'inintéressants, parfois sans neige. Le trick le plus technique doit être un 360° à deux mètres d'amplitude et December ressemble plus au mauvais film de vacances que votre beau-frère vous a infligé, un dimanche après-midi après un long repas de famille. Encore, même sans spot, sans neige, et avec des riders usés, on se dit que ce film de snow pourrait être l'occasion de nous faire découvrir d'autres lieux, d'autres cultures. Mais même pas. Tels deux américains moyens, on n'a pas l'impression que Crawford, Parker, ni le réalisateur, ne se soient intéressés une seconde aux gens ni aux modes de vies des pays visités. On n'apprend rien, nada, nothing. Pas de ride, pas de culture, alors au pire, on aurait pu s'attendre à un film stupide mais marrant, à la Jackass. Etre débile, les ricains savent bien faire d'habitude. Mais ça non plus, December n'y est pas parvenu. Le summum de l'audace, du trash et de l'humour, réside dans un concours de pets qui revient tout le long de la vidéo, affligeant. Le pire de tout, c'est que ça dure 50 minutes, c'est interminable. Aucune marque de l'industrie n'a eu l'audace de soutenir ce projet, on comprend pourquoi. A consommer avec extrême modération, ou à conseiller à ses ennemis. Désolé.



Titre : Futureproof
Producteur : Absinthe
Riders : Gigi Ruff, Romain De Marchi, Wolle Nyvelt, Kurt Wastell, Jonaven Moore, DCP, JP Solberg, Nicolas Muller, Yannick Amevet, Nicolas Droz, Christophe Schmidt, Trevor Andrew
Durée : 38'
Genre : freestyle-freeride
Prix : 28 $ U.S

Après December, Futureproof apparaît comme une thérapie. La marque de fabrique d'Absinthe, c'est une production européo-américaine, fruit de la collaboration entre Patrick Armbruster (photographe Zurichois bien connu), et Justin Hostynek (US). Dans les films Absinthe, il y a des européens, beaucoup d'européens. Ce qui est un premier gage de popularité de ce côté ci de l'Atlantique. Les prises de vue sont toujours irréprochables, avant-gardistes et variées. Il y a à peu près autant de freeride que de freestyle et les prises de vues d'hélico sont très fréquentes, y compris pour shooter du kicker. Autre très bon point, l'absence totale d'image de snowpark. 100 % des images de freestyle sont tournées en back-country, dans la grosse peuf. Les tricks sont tout aussi techniques, mais c'est surtout beaucoup plus beau.
Les moments les plus marquant sont sans aucun doute la session de Gigi Ruff, qui se met des vols énormes tout en paraissant excessivement à l'aise. De Marchi a aussi, comme à son habitude, une session aussi longue qu'impressionnante. Toujours aussi fort, toujours aussi technique. JP Solberg s'impose comme le champion du Monde du style. Voyez l'extrait publié en bas de cette page si vous en doutez. Nicolas Droz est aussi de la fête. Sur le devant de la scène snowboard depuis près de 15 ans, et toujours au top. Au cours du film, sur certains tricks, on voit parfois un picto s'afficher en bas de l'écran. Si vous appuyez alors sur « Entrée », une nouvelle vidéo vous fera découvrir les coulisses du tournage, ou l'histoire d'un kicker, intéressant. Malheureusement, le grand absent de Futureproof s'appelle Travis Rice. Il avait, en 2004, un run historique qui avait fait toute la notoriété de Pop (avant-dernière réalisation d'Absinthe) aux quatre coins du Monde. Rice a shooté tout l'hiver dernier pour le film d'Oakley. Dommage pour Absinthe. Pour finir, et comme toujours, on regrettera quand même le manque d'originalité dans la réalisation. Il n'y a pas vraiment d'élaboration dans la construction du film, et bien que les prises de vues soient exceptionnelles, cela ressemble plus à un bout à bout des meilleures images de l'hiver, c'est notre avis. Après ça, Futureproof reste de toute façon, un film incontournable.


Des extraits vidéos sont évidemment visibles. Pour cela, clickez sur les vignettes en bas de cette pas.

Enfin, comme toujours, vous le savez, ces films sont disponibles en VPC sur le site www.x-tremevideo.com
vues: 694 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM