Accueil » snow-ski matos » Lost In Transition, Chulksmack et Pop

Lost In Transition, Chulksmack et Pop

snow-ski matos
Oui, oui, oui, trois fois oui, on est grave à la bourre, mais tout vient à qui sait attendre. Et puis pour les autres, on appellera ça une piqûre de rappel.



Titre : Lost In Transition
Producteur : Standard Films
Réalisateur : Mike Hatchett
Genre : freestyle-freeride
Durée : 30 minutes
Riders : Eero Ettala, Mads Jonsson, Mark Landvik, Frederik Kalbermatten, Markku Koski, Jeremy Jones, Mikkel Bang, Frederik Austbo, Luke Mitrani.
Prix : 25 Euros

Standard, c'est le poids lourd du film de snowboard, l'indétrônable, les plus gros budgets, le plus ancien avec MDP. Alors années après années, on sait à quoi s'attendre. Chaque année, c'est une référence en la matière, même si, chaque année, on regrette aussi un peu le manque d'originalité dans la réalisation et le manque de renouvellement. Parlons de snowboard, et commençons par dénoncer l'injustice dont est victime est Eero Ettala. Ce mec est vraiment trop fort. On parle de lui fréquemment dans les médias, mais pas assez au regard de son ride et de la manière si parfaite dont il rentre tous ses tricks dans son run. Il y a aussi le run de Frederik Kalbermatten, désormais habitué des prods Standards, et qui une fois encore s'assure une très belle session avec le style qui a fait sa réputation. Les freestylers sont de plus en plus jeunes, et une bonne partie du film est monopolisée par une bande de sales mioches au niveau incroyable : Luke Mitrani, Mikkel Bang, Frederik Austbo. La relève de Shaun White est assurée. En freeride, on retrouve logiquement Jeremy Jones, qui une fois encore s'offre la plus belle session freeride de l'année tous films confondus. Le niveau de ride est excellent dans ce film. C'est une référence par rapport au niveau actuel, même chose pour les prises de vues de grande qualité. C'est juste dommage qu'il n'y ait aucune réelle construction. Lost In Transition est plutôt une succession de très beaux plans, mais on pourrait dire que plus généralement, c'est un peu le défaut des films de snow.



Titre : Pop
Producteur : Absinthe Films
Réalisateur : Patrick Armbruster et Justin Hostynek
Genre : freestyle-freeride
Durée : 45 minutes
Riders : Romain De Marchi, Gigi Ruff, Nicolas Muller, Travis Rice, Wolle Nyvelt, Yannick Amevet, Axel Pauporte, Matt Beardmore, Jonaven Moore, David Melancon.
Prix : 30 Euros

C'est le film des européens. Absinthe est une boîte américaine, mais dirigée par deux réalisateurs, un américain (Hostynek), et un suisse (Armbruster). Du coup, on retrouve deux ou trois riders nord-américains, mais surtout une grand majorité de riders européens, ce qui n'est pas pour nous déplaire. D'autant que le niveau est largement équivalent au niveau des ricains dans les autres films. Le gros point fort de Pop tient dans la richesse des spots. Même en freestyle, il n'y a que du back-country, des kickers en haute-montagne, zéro snowpark. C'est franchement plus beau.
Après, pour la qualité de ride, autant dire que c'est le film qui a fait le plus couler d'encre cette saison, grâce à une session de Travis Rice sur un gap monumental shooté dans l'Utah. Un pas a encore été franchi dans la folie et la démesure. Le gap est immense, 30 ou 40 mètres de long peut-être, au moins 10 de haut. Si gros que Rice est le seul à le sauter avec De Marchi. C'est historique. Mais le pire est qu'il ne se contente pas de le traverser une fois en saut droit, tout l'éventail de tricks y passe : bs 360, bs 540, cab 720, bs rodeo 720. La session est extrêmement bien mise en valeur. Unique ! De Marchi le saute aussi en 720 front. C'est tellement gros et lent qu'on croirait un 360. Pour le reste, il y a quelques très belles lignes freeride de Yannick Amevet et Pauporte, Gigi Ruff et Nicolas Muller se tirent la bourre pour la palme d'or du run le plus stylé, Romain De Marchi est toujours aussi malade et aussi technique dans tout ce qu'il fait. C'est vraiment bon, à voir absolument.



Titre : Chulksmack
Producteur : Mack Dawg Productions
Réalisateur : Mike Mac Entire
Genre : freestyle
Durée : 28 minutes
Riders : Wille Yli Luoma, JP Solberg, Seth Huot, Micah Mc Ginnity, Lukas Huffman, Jussi Oksanen, JP Walker, Jeremy Jones, Heikki Sorsa, DCP.
Prix : 45 Euros

Nous arrivons au second poids lourd des films de snow : Mack Dawg. Aussi ancien et indétrônable que Standard, MDP s'est depuis toujours spécialisé dans le freesyle pur, en particulier le jib. Si le jib vous saoule, ne regardez pas ce film. Si vous aimez le jib, c'est LE film que vous devez voir. En dehors de deux finlandais (Yli Luoma et Oksanen) et d'un norvégien (JP Solberg), le casting est beaucoup plus américain que pour les autres films. C'est avant tout des images de park, de jib, plus quelques beaux kickers en back-country. Le niveau de ride est excellent, mais l'ensemble est peut-être un peu moins tripant à regarder. Tout est très classique, avec une bande son Epitaph du début à la fin. A la vieille époque, Mack Dawg était le numéro 1, aujourd'hui, c'est un producteur parmi d'autres. Le gros intérêt du film, c'est son casting. Il n'y a que de très gros noms de la scène freestyle internationale (freestyle on a dit, ne cherchez pas du freeride, y en a quasiment pas). Une fois de plus, Jussi Oksanen prouve à ceux qui pourraient l'oublier qu'il est ultra technique. Idem pour son jeune frère Heikki Sorsa. Les finlandais mettent un peu tout le monde à la rue. JP Walker a run très court, une minute 30 environ. Dommage, car Walker, c'est un peu la marque de fabrique MDP. Mais rassurez-vous, le run reste très bon, tout comme l'ensemble du film. Comme toujours, le film de Mac Dawg reste un incontournable. Ah oui, aussi, le film est un peu plus cher que les autres, mais un CD de la bande son est fourni avec.

Pour ceux qui n'ont pas encore l'habitude, des extraits de ces trois vidéos sont visionnables en clickant les petites vignettes en haut à droite de cette page.
vues: 1322 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM