Accueil » snow-ski matos » Réparation de semelles et carres

Réparation de semelles et carres

snow-ski matos
De la semelle aux carres en passant par le fart, tous le savoir faire d'un bon skiman pour remettre sa board en état.






1 - REPARONS !




L’état d’une semelle fait toute la différence pour notre plaisir lors de passage des faux plats ou si la prise d’élan d’un jump paraît un peu courte. C’est simple, chaque copeau retiré de cette surface jouissive augmente les centimètres carrés de frottement et frotter, c’est un autre sport.



Les petits trous peuvent (si on est pressé et que l’on a pas tous les outils), se boucher rapidement au fart polyvalent, mais bon, si tu lis cet article c’est que t’es pas un feignant.



Une bonne mise à nu est nécessaire en utilisant une racle en téflon ou une règle en plastique habilement empruntée à ton pote le matheux. Un coup de papier de verre est utile en cas de vieux matos et le dégraissage final s’obtient soit avec du white-spirit/trichloréthylène ou mieux de l’acétone.



La suite dépend du rognage, lorsque c’est profond il faut privilégier la découpe totale de la partie endommagée et coller une plaque de naltène (semelle pure en qualité petex 2000) avec de l’araldite prise lente. Puis presser le tout (il faut que cela suinte un peu) avec une plaque en acier que l’on chauffe une minute au chalumeau ce qui homogénéise le collage.



Pour les rayures, le préchauffage de la semelle au fer à repasser est primordial. On dépose de la matière (du fil de naltène ou cofix vendu en bobine) au goutte à goutte et on enlève le surplus au cutter pour ne pas avoir à poncer à nouveau trop longtemps.






2 - FARTONS !




Etoile des neiges, mon snow est tout neuf et je ne glisse pas !
Le fart est l’interface semelle/neige, il écoule au mieux les cristaux en fonction de la température de ceux-ci.

Les marques ont des codes de couleurs associés à chaque type de neige mais la recette de l’application de cet onguent est toujours la même.





Comme une tartine qui déchire au p’tit dej, et avec un vieux fer (sans les trous) il faut que cela bave à chaud et que la semelle s’hydrate par tous ses pores. Le fart neutre se loge en profondeur et cette base permettra de peaufiner aisément au pied des pistes.
Le coup de racle pour ôter le surplus se fait à froid sur la surface de contact neige principalement et en insistant entre les fixs et sous chaque pied, dynamique et transfert de poids oblige.



Les farts sous forme de crème ou gel sont efficaces le temps de deux à trois sessions et bien qu’ils soient onéreux, leur format échantillon encart de presse est très pratique.








3 - AIGUISONS !




Primo les outils, deuzio de la dextérité et zozio l’œil pour éviter de casser le travail d’un plan de lime à l’autre.



Il existe des aiguiseurs professionnels qui tirent le fil sur le plat de la semelle et sur le champ en un seul geste avec l’angle optimum, c’est évidemment l’outil parfait. Sinon une lime métal fait l’affaire mais le vice réside dans le respect des angles à travailler.


Toujours aiguiser ses carres de la spatule au talon c’est une question de logique, et cela ne tombe pas forcément sous le sens au pays du fakie. L’angle résultant semelle/champ se situe entre l’angle droit et l’angle obtus.

La planche est fixée dans un étau avec des cales en bois pour être précis et confort avant l’effort. Un chiffon est nécessaire pour faire glisser la lime sans entamer ni le champ ni la semelle et ne pas se lacérer les doigts.



En finition il faut retirer le fil qui s’est formé à l’aide d’une cale en liège ou d’une éponge à récurer métallique et adoucir les angles au papier de verre pour les spatules.












vues: 4146 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM