Accueil » snow-ski tricks » Back-side 720° nose grab
Back-side 720° nose grab

Back-side 720° nose grab

snow-ski tricks
Guillaume Morisset rentre un trick de robot sur le park de Zermatt. Mais bon, on le sait, tout ça, c’est dans la tête.



Camp d'automne, glacier de Zermatt en Suisse Allemande... sur une table de taille moyenne, Guillaume Morisset vient s'échauffer avant le photoshoot officiel dans le pipe. « S'échauffer », car lorsqu'on voit avec quelle aisance il rentre ce 7-2 nose grab, on se dit que ce genre de tricot ne représente vraiment rien pour lui.



1 : Comme dans n'importe quel type de rotation back-side, il faut amorcer le mouvement par les épaules avant la planche. En sortie de kicker, les épaules sont tournées vers l'arrière, alors que la board sort sans avoir pris un degré de rotation.






2 : Une fois en l'air, la board vient inévitablement suivre le mouvement de rotation amorcée par le haut du corps. Très tôt, Guillaume se regroupe pour aller graber son nose. Le nose n'est pas franchement le plus facile des grabs. Il est important de bien regrouper tout en décalant son centre de gravité vers l'avant de la board.





3 : La rotation arrive à 180°. Cette image est importante car bien que Guillaume se trouve en position fakie, on voit clairement que son regard est tourné vers l'avant, et a donc de l'avance sur sa board.







4 : Une fois encore, au fur et à mesure que la board avance dans la rotation, la tête garde l'avance qu'elle a sur elle, en tentant de chercher du regard le plus loin possible.






5 : Position peu habituelle pour un nose grab, la board est à la verticale. Bien style si le mouvement est légèrement cork-screw, comme c'est le cas ici.








6 : Arrivé à 540° de rotasse, Guillaume maintient toujours le grab. Du grand art. Plus c'est long, plus c'est bon. Une fois encore, on voit bien que dans la rotation, la tête conserve toujours une avance sur la board et le reste du corps. Le regard va chercher le landing.






7 et 8 : Il lâche maintenant le grab et se re-stabilise aussi bien que possible, pour aborder le replaquage dans de bonnes conditions.


















9 : Ici, il n'y a plus rien à faire. Guillaume se retrouve dans une position optimale pour atterrir. De toute manière, quelle que soit la situation à ce niveau, il est trop tard pour rattraper quoi que ce soit.








10 : Résultat d'une technique parfaite, de la sortie du kicker jusqu'à la fin du move, la réception se fait naturellement. Guillaume se pose comme une fleur.









Images : ESC/David Vladyka
vues: 968 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM