Accueil » Snow/ski » Les JO philosophiques
Les JO philosophiques

Les JO philosophiques

Snow/ski
Dis papa, pourquoi FREEstyle ça ne rime pas avec Jeux Olympiques ? Un plaidoyer pour une représentation digne de la glisse.

1) Thèse : pourquoi le snow et le ski freestyle sont mal représentés aux JO?

Voici toutes les raisons qui nous poussent à penser que le snowboard n'a pas sa place aux Jeux Olympiques. Encore un sujet à polémiques qui ne va pas nous ramener que des amis...

Alors, pourquoi snowboard (et par extension, les disciplines freestyle du ski) ne rime-t-il pas avec Jeux Olympiques ?


- parce que Jeux Olympiques rime avec compétition et performance. Alors que snowboard rime avec plaisir et liberté.
- parce qu'à la différence des sports traditionnels, la compétition n'est pas la voie ultime de tous les snowboarders pros.
- parce que face à un public large et non-initié, les Jeux Olympiques ne font découvrir qu'une facette de notre sport qu'ils donnent comme universelle, en le caricaturant parfois à l'extrême (« oulalala Gérard, encore des jeunes qui doivent fumer de la drogue... »)
- parce que des politiciens essaient de formater (et transformer) le snowboard, pour réussir à le faire entrer dans leurs cases.
- parce qu'on ne veut pas que le snowboard ressemble au patinage artistique ou au ski acrobatique, avec des figures imposées, codifiées et notées par des juges qui ne sont peut-être jamais montés sur une board.
- parce que snowboard rime avec «free» style, et qu'un fonctionnement tel que celui du ski acrobatique interdit toute nouveauté dans les figures, toute créativité des riders sous peine de déplaire aux juges, et donc toute évolution du sport.
- parce que le Style n'a que peu de place dans le patinage artistique ou le ski acrobatique, et qu'on voit mal comment on peut juger le snowboard dont la base est cette notion même de style.
- Parce qu'il n'y a aucune notion de prise de risques dans les figures (« oulalala Gérard, ce jeune raiideuur à encore raté son atterrissage »), alors que ce critère est certainement celui qui a poussé le snowboard et le ski freestyle à leur niveau actuel.
- Parce que les épreuves présentées n'ont que peu à voir avec la réalité de la pratique du sport, il n'a qu'à voir les chiffres de vente de matériel pour le comprendre. Que ce soit en snow ou en ski, la planète rider et résolument plus freestyle que piquet. Heureusement, il y avait quand même le pipe...
- Et enfin parce qu'après avoir entendu les commentaires de Gérard Holtz et ses acolytes parlant à des millions de novices, d'un sujet qu'il venait de découvrir 10 minutes plus tôt sur des fiches, on se dit qu'il y a des coups de pied dans l'abdomen qui se perdent.



Encore une fois, nous ne sommes absolument pas contre la compétition dans le snowboard. Nous la respectons, et saluons d'ailleurs les magnifiques performances de Doriane, Isabelle et Karine. Mais nous pensons simplement que la compétition n'est pas la (seule) raison d'être des sports de glisse, à la différence du foot ou de l'athlétisme, et nous condamnons le fait que notre sport soit présenté au grand public comme tel.
Après toutes ces constations, on pourrait se demander si le snowboard et le ski freestyle sont éligibles en tant que sports Olympiques, voir même si l'on peut parler de sports (avec la notion de mesure de performance que cela implique) pour ces disciplines où le lifestyle semble l'emporter sur tout esprit de compétition.

Voici donc quelques suggestions à l'attention de ces messieurs des fédérations et du comité olympique pour que oui, le snowboard et le ski comme nous les voyons soient bien des sports olympiques, c'est à dire des sports (ensemble des pratiquants et de l'industrie) qui gagnent à être présents au plus grand rassemblement sportif au monde.

2) Antithèse (l'avocat du diable) : comment les JO devraient évoluer pour les épreuves snow et ski freestyle, et pourquoi ces sports ont tout intérêt à être dignement représentés d'un point de vue compétitif.

L'art de la critique est facile, mais il est vain si l'on ne propose pas de solutions concrètes. Certains appellent cela pisser dans un violon, d'autres de la politique (à méditer en période électorale).

Comme dit plus haut, l'argument majeur contre l'intégration du snow aux JO est la non-représentation de la réalité de la pratique, un problème vieux comme le monde aux JO puisque que nombreux sports (dont le windsurf) ont connu et connaissent toujours ce problème.
Les chiffres de vente du matériel de snowboard sont là pour le prouver : malgré un petit retour des « hardboots », la quasi-totalité du matériel vendu est orientée freestyle ou freeride. Idem pour le ski. Il suffit d'ailleurs d'ouvrir la plupart des magazines (en dehors de l'Equipe) pour voir que ce qui fait rêver aujourd'hui, ce sont plus les héros du freestyle que les pousseurs de piquet (désolé pour eux).




Il convient donc en premier lieu d'adapter le fond, c'est à dire les épreuves et le système de jugement.

Pour le snowboard et le ski, certains events font désormais l'unanimité.

- le pipe, bien sûr, et à ce propos on peut dire que celui des JO était plutôt bien taillé
- un big air
- une épreuve de park avec des gros modules
- le boarder-cross
- un contest de jib (non, je déconne, quoique, pourquoi pas ?)
- et une épreuve combinée de freestyle (pipe + big air + park).

Parler des épreuves de Freeride serait également intéressant, mais il est vrai que la mise en place de telles épreuves semble problématique dans le planning très rigide des JO, sans parler des critères de jugement qui deviendraient bien difficile à assumer.

On a rien contre les autres épreuves déjà existantes, elles ont le mérite d'exister comme leurs champions. On pourra dire qu'avec l'ajout des épreuves proposées ci-dessus, la vision du snowboard et du ski (d'un point de vu compétitif) sera quasi complète.




Il s'agira ensuite d'adapter les critères de jugements, puisqu'il en faut.

Inutile d'imaginer des systèmes de notation un peu folkloriques, du style élection du meilleur rider par les riders, ça ne passera jamais.
Voici plutôt quelques propositions à priori réalistes.
- des juges qui ne font que noter le style, et le poids de la note aura une grande influence sur la note globale (c'est déjà le cas, mais on peut mieux faire...)
- L'amplitude est déjà prise en compte, mais il faut que la notion de prise de risque soit réellement évaluée. Un gros jump pas plaqué à 100% conserve une certaine valeur.
- Un prise en compte de l'innovation et de la créativité de figures.
- Pour ce qui est de la technicité des sauts, il n'y a apparemment rien à dire, puisque c'est peut être aujourd'hui le seul véritable critère bien noté aux JO.
- Et bien sûr, tous les juges doivent être de véritables pros, rompus à la notation des riders sur les circuits (et sur les derniers JO, on pouvait se permettre d'en douter).



Enfin, pour ce qui est de la forme, on pourra rajouter ceci :
Assez de la caricature et des commentaires à la con débités par des incultes. Des consultants pro pour les épreuves, ça existe ! On t'aime bien Gérard (ainsi que tes potes commentateurs), mais laisse la place aux jeunes qui connaissent un minimum leur sujet. On veut bien écrire à la direction de France Télévision, mais on aimerait surtout que la logique s'impose d'elle-même.
A bon entendeur...

3) L'avis de quelques pro-riders : pour ou contre ?

Tristan Picot (Rossignol) :
- Pour ou contre le snowboard aux JO?
- Plutôt pour, mais pas à 200 % non plus...

- Le snowboard est-il un sport olympique?
- Non, il doit rester dans la même lignée que le skate et le surf, c'est le même esprit. D'un autre côté, grâce aux J.O, le grand public découvre notre sport, donc c'est positif quand même. Il a plus de portée médiatique.

- Es-tu satisfait de la présentation actuelle du snowboard aux JO?
- Oui, lorsque je voyais la tête d'Heikki, avec sa crête ! Qu'ils gagnent ou qu'ils perdent, les riders avaient l'air de s'amuser. C'est différent du ski où ils gueulent quand ils foirent leur run. J'espère que l'esprit restera inchangé.

- Comment les JO devraient évoluer pour les épreuves de snowboard?
- Oui, on pourrait créer un slobe style comme aux X-Games. Si le pipe y est présent, pourquoi pas le park et le boarder ?





Stéphane Routin (team Donuts) :
- Pour ou contre le snowboard aux JO?
- Ca serait que de moi, vu comme c'est présenté, je dirais qu'il vaudrait mieux que le snow ne soit pas aux J.O. Certains riders disent que c'est bon pour notre sport, mais quand tu rides pour une marque de ski, je vois pas ce que ça a de bon. Elles sont venues avec leur gros sous et ont tué l'esprit. C'est bien de faire découvrir notre sport au grand public, mais pas comme ça.

- Tu es satisfait de la façon dont le snowboard est présenté aux JO?
- Non. Pour le grand public, si t'es champion olympique, t'es le meilleur snowboarder du Monde, ce qui n'est pas vrai du tout. Le pipe n'est pas tout. En plus, quand tu vois ce qu'ils ont diffusé à la télé... pour tous les autres sports, ils ont pris des consultants. Pour le snow, ils ont gardé Gérard Holtz. Ils nous prennent vraiment pour des cons. Si ça continue, ça va devenir comme le patin à glace, être le meilleur, faire des points, à tout prix ! Le snow, c'est pas ça. C'est la poudre, le freestyle, le plaisir, les potes, ou les contests, mais toujours en gardant cet esprit relax où tu te fais plaisir avant tout.

- Comment les JO devraient évoluer pour les épreuves de snowboard? Devrait-on présenter le snowboard différemment?
- J'ai rien à répondre là-dessus car j'ai pas l'impression que le snow ait quelque chose à faire aux J.O. Le skate et le surf ne seront jamais aux J.O. Le snowboard, ça fait partie de la famille du skate et du surf, pas du ski. Il faut qu'on veille à ne pas perdre notre identité.




Jérôme Strecker (Hammer Snowboards) :
- Pour ou contre le snowboard aux JO?
- Je suis plutôt pour. Lors des premiers JO, la majorité des snowboarders étaient contre, le snowboard était encore rebelle à cette époque, le seul dopé qu'il y avait eu à l'époque était un snowboarder mais parce qu'il avait des traces de THC dans le sang. Maintenant, le snowboard est devenu un sport comme les autres et les seules fois où on voit encore des rebelles c'est dans les pubs des multinationales qui veulent rajeunir leur image. Donc, les premiers JO ont peut-être participé à l'évolution de l'image du snowboard, mais le snowboard a principalement changé à cause de nombre de personnes qu'il touche et par la professionnalisation des riders de haut niveau qui s'entraîne comme les athlètes des autres sports. Maintenant, je pense que les JO ne peuvent être que bénéfiques, puisqu'ils participent à l'augmentation de la popularité du snowboard et que ça peut que faire augmenter les ventes dans un marché qui est en pleine stagnation. Cette vision peut paraître un peut négative, mais ça fait bien longtemps que le snowboard a perdu son âme.

- Le snowboard est-il un sport olympique?
- Tous les sports sont potentiellement des sports olympiques, puisqu'il faut une certaine dose d'adresse, de qualités physiques et de force psychologique vu que les enjeux sont assez importants. Et le snowboarder doit allier toutes ces qualités.

- Es-tu satisfait de la présentation actuelle du snowboard aux JO?
- Le slalom parallèle était amusant à regarder, heureusement qu'ils l'ont fait en parallèle. S'ils avaient fait courir les riders un par un, le snowboard aurait été complètement ridicule par rapport au ski. Le pipe représentait bien le snow actuel.

- Devrait-on apporter d'autres épreuves de snowboard?
- Il faudrait qu'ils ajoutent des épreuves de saut ou de slopestyle. Ce serait plus impressionnant et ça représenterait mieux le snowboard actuel.




Stéphane Huard (team Hammer Snowboards) :
- Pour ou contre le snowboard aux J.O?
- Je suis plutôt pour, même si ce qu'on présente aux J.O. n'est pas très représentatif du snowboard. Le slalom et le pipe, c'est pas tout le snowboard. On passe notamment à côté du freeride qui est à la base même du sport.

- Le snowboard est-il vraiment un sport olympique?
- Oui, faut croire. Le pipe reste assez proche du ski accro et des bosses. Le slalom parallèle, c'est très voisin du ski.

- Comment les J.O. devraient-ils évoluer pour les épreuves de snowboard?
- Il faudrait proposer des disciplines plus représentatives. Du pipe et du slalom bien sur, mais aussi un big air et une épreuve de freeride extrême.


4) L'avis d'un pro de la communication...

Eric Forestier, directeur de la communication snowboard chez Salomon :
- Donnez-vous plus d'importance aux J.O qu'aux autres événements de l'hiver?
- Les JO n'ont pas beaucoup d'importance pour Salomon Snowboards tant en terme d'image que de business (vente). Ils peuvent juste servir à valider une qualité de produits, une technologie, une performance, mais dont Salomon bénéficie déjà en terme d'image. Le snowboard s'éloigne de plus en plus des compétitions à "classement". C'est le style qui importe. D'ailleurs, qui aurait dû vraiment gagner les JO ? Je ne suis pas sûr que la médaille d'or ait été le plus stylé des riders... Nous donnons plus d'importance aux événements "grass-roots" ou de type Big Air, etc.

- L'épreuve des J.O. représente-t-elle un intérêt économique beaucoup plus important que les autres épreuves, type Coupe Du Monde, U.S Open ou Air & Style?
- Non pas d'intérêts économiques, l'important (pour les ventes ainsi que l'image) c'est les riders, leur style, leur personnalité... Plus que sur des compétitions, nous préférons nous orienter sur des événements.

- Que peut apporter une médaille en snowboard aux J.O pour une marque telle que Salomon?
- Pas grand chose, juste valider le côté technique et performant de nos produits, mais si Salomon a une qualité, c'est bien celle ci, alors...On a d'autres objectifs.

- Pensez-vous que le snowboard soit bien représenté aux J.O? Le snowboard a-t-il sa place aux J.O?
- Question pas simple... Je répondrai par oui et non! En tant que sport, il est représenté et c'est l'essentiel. Je ne sais pas s'il est "bien" représenté en tout cas, tel que les gens de l'industrie voudrait qu'il soit perçu ... J'étais aux jeux et le travail des organisateurs autour des médias était excellent. Si l'on veut que le snowboard continue à se développer et que les marques présentes puissent en vivre, ce genre d'événement est impératif. (d'ailleurs 3 américains aux 3 premières places, l'intérêt des médias américains pour ce sport s'est soudain démultiplié... On a vu du snowboard partout, dans la presse, à la tv... et le chapeau à Jake (NDLR: Burton), on le voyait partout, limite s'il ne passait pas sur les chaînes de TV-shopping!) A nous, gens de l'industrie (journalistes, fabricants, détaillants...) de faire la part des choses et de trouver le bon équilibre entre rester un sport authentique, avec de vraies valeurs, et le besoin que nous avons tous de développer cette pratique, de la rendre plus mainstream. Alors si nous voulons développer ce sport, oui le snow a sa place, si, par contre on regarde l'adéquation entre les valeurs de notre sport et celles des JO... non, le snow n'a pas sa place... réponse de normand!

- Selon toi, comment pourrait-on faire évoluer le snowboard aux J.O?
- Supprimer le slalom parallèle... c'est moche et le snow, c'est tout sauf du contre la montre.


5) L'avis de l'AFS (Association Française de Snowboard)

- Le snowboard est-il un sport olympique comme un autre?
- Le snowboard représente en grande partie l'évolution et le renouveau des sports olympiques de la nouvelle génération, ce qui le différencie de facto de la plupart des autres disciplines d'hivers qui y sont représentées depuis beaucoup plus longtemps. Cependant aux JO, chaque discipline, tous sports confondus, a sa propre spécificité, donc dans l'absolu, aucun sport n'est un sport olympique comme un autre.

- Pensez-vous que le snowboard ait totalement sa place aux Jeux Olympiques?
- Oui, en tout cas 2 disciplines représentées y ont parfaitement leur place. Même qu'on aimerait bien en avoir un petit peu plus s'iouplait...

- Pensez-vous que le visage qu'on présente du snowboard aux J.O. est totalement représentatif de notre sport?
- Totalement, non, évidemment, l'aspect qui est représenté aux JO est un aspect «compétition», aspect qui d'ailleurs était le plus méconnu du grand public, mais qui n'est qu'une des facettes de ce que représente le snowboard. Nous avons la chance d'avoir un sport multi facette avec une vaste déclinaison de pratiques et de pratiquants, prenons en conscience et que ce soit nous, la fédération, les coureurs pros ou l'industrie, ne nous limitons pas dans nos discours, défendons notre sport dans son ensemble.

- Comment les J.O. devraient-ils évoluer pour les épreuves de snowboard?
- Les références des organisateurs sont à mon goût encore trop axées « ski » et les chutes, si nombreuses dans l'épreuve du Géant Parallèles de Salt Lake le prouvent. Pour ce qui est de la façon de le présenter, un consultant snowboard n'aurait pas été de trop.

- Devrait-on apporter d'autres épreuves de snowboard?
- Oui, le boarder cross est une discipline indispensable. Aussi bien d'un point de vue sportif que d'un point de vue spectaculaire. Je pense qu'ils y réfléchissent déjà pour Turin en 2006.

- Quelles sont les répercussions qu'on peut attendre d'une telle compétition sur notre sport?
- Quoi qu'il se passe, cela ne peut-être que positif, quand on regarde les audiences que le snowboard a fait sur France Télévision, on ne peut que se féliciter d'avoir eu tant de Français présent derrière leur TV. Ce sont des centaines de milliers de jeunes qui ont vibré snowboard, ce sont nos clubs qui se sont vus confortés et récompensés de leurs efforts quotidiens, ce sont de nouveaux partenaires qui vont s'intéresser au développement de notre sport, bref, c'est une dynamique formidable qu'il va falloir surfer jusqu'à la prochaine série.


6) Synthèse : à vous de trancher!

Quant on voit le succès télévisuel (à confirmer) de l'épreuve de pipe et l'intérêt du grand public qui a trouvé cela « impressionnant et beau voir » (vu à la télé), on peut imaginer l'impact d'un big air dans le style de l'Air & Style sur les foules. Dans un univers sportif de plus en plus stérile en terme de sensations (à part celle du billet vert), que de fraîcheur pourrait apporter le freestyle...
Sans parler de la forte augmentation des chances de médailles pour l'Europe (au diable notre chauvinisme national, il faut botter le cul des USA qui ont humilié le vieux continent).

De toute façon, le snow est aux JO, et il semble désormais bien difficile de faire marche arrière. D'un point de vue économique, une bonne partie de l'argent se gagne aujourd'hui en passant par les JO. Pour que ce sport passe dans un domaine plus large que le simple noyau de purs et durs. Mais ça, le milieu (encore une fois, ensemble des pratiquants et de l'industrie) le veut-il vraiment ??? A priori oui.

Au final, peut-être que le snowboard et le freestyle en général se doivent de rester du rêve à l'état brut. Ce sera à vous de trancher...

Sujet: La Rédaction d'Agoride et toutes les personnes qui ont bien voulu y participer.

Nous attendons maintenant vos réactions (les meilleures seront publiées):
react@team.agoride.com
vues: 1270 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM