Accueil » surf matos » A Brokedown Melody
A Brokedown Melody

A Brokedown Melody

surf matos
« Il y a autre chose derrière le fait de prendre sa planche pour aller surfer. Une question de partage. De donner quelque chose en retour... Quand tu vois les gamins sur les spots du monde, tu sais : C'est avant tout du fun » - Kelly Slater



Réalisateur : Chris Malloy

Producteurs : Emmett Malloy et Tim Lynch

Co-Producteur : Kelly Slater

Riders : Kelly Slater, Gerry Lopez, Jack Johnson, Mike Todd, Mark Cunningham, CJ Hobgood, les Wilmots, les Malloys, et Rob Machado.

Style : Cartes postales surf des mers du Sud

Durée : 55 minutes de film, et 45 minutes de bonus

Prix : 37 €




Quand j'ai reçu A Brokedown Melody, j'ai regardé la pochette couverte d'images acidulées et me suis dit : encore une vidéo ennuyeuse qu'on essaie de camoufler sous un packaging attrayant, et qui ressemble à tout et rien. Mais quelle fut ma surprise en constatant à quel point je m'étais fourvoyée !

Filmé en 16mm, ce chef-d'œuvre de Chris Malloy ne laisse pas de place au superflu. Depuis les reefs jamaïcains aux barrels polynésiens, en passant par les splendides vagues d'Amérique du Sud, A Brokedown Melody est un moment d'évasion vers les merveilles des océans du Sud. Tout en camaïeux de bleus, elle offre beaucoup d'exotisme et un pur moment de relaxation sur des rouleaux de trois mètres, cernés de cocotiers et de plages de sable blanc.

À la fois propre et très tranquille, cette vidéo propose un voyage coloré et tonique. Grâce au 16mm, les contrastes sont renforcés, éblouissants, et les tons vifs, presque irréels. C'est à la fois sucré et doux, éclatant et reposant, riche et naturel. Véritable ode à la beauté des spots, les images d'une grande pureté rappellent des photos de Tim McKenna qu'on aurait mises en mouvement ! Tout coule comme les vagues. Aussi proprement qu'elles creusent et s'enroulent. Aussi parfaitement que leurs conditions.
En bref, un grand bravo et merci à la réalisation pour la splendeur des images et la douceur de vivre de cette œuvre très à part.

Entrecoupée de témoignages, elle va des débuts du surf en Jamaïque, lorsque le sport a commencé à devenir populaire et les line-ups exploités régulièrement, aux anecdotes de locaux d'Amérique du Sud qui se sont perdus dans le désert en quêtant une vague de contes, et autres histoires d'enfance de Gerry Lopez.
On trouve aussi bien des images de bodysurf en Jamaïque, que de tow-in et de stand-up paddle en Polynésie, où on a droit à un remix de Riding Giants version artistique. Visiblement adepte de la vidéo sous-marine, Chris Malloy nous fait également partager de grands moments avec des prises de vue absolument magiques.
Le tout est homogène et très fluide, empreint de beaucoup de classe, aussi bien dans le ride que dans les angles. Inutile cependant de s'étendre sur le surf en lui-même quand on voit qui compose le casting. Car on sait alors que la qualité est de rigueur.

A Brokedown Melody nous permet aussi pour ainsi dire de découvrir la prochaine génération de surfers. Des gamins qui rident ce qu'ils ont et sont heureux avec un simple morceau de planche cassée. Des locaux qui trouvent leur bonheur dans le simple fait de glisser pas sur ni dans la vague mais avec elle. Des enfants qui pourraient expliquer à n'importe quel pro quelles sont les valeurs et racines du sport, parce qu'ils les vivent quotidiennement, sans se poser de questions. Juste pour le plaisir.

En résumé : La narration est complémentaire mais sans être lourde. C'est léger, un peu comme un souffle, un vent de fraîcheur. D'ailleurs les images n'ont besoin d'aucun commentaire pour raconter leur histoire. Chacune représente une carte postale en elle-même, et à 25 par seconde, autant te dire que tu as de quoi te faire de jolis souvenirs ! Ça dit : aime ton spot, aime ta planète, elle te le rend si bien. C'est magique, haut en couleurs, et rafraîchissant. D'autant plus agréable par ces temps de canicule...



vues: 1653 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM