Accueil » surf matos » Riding Giants
Riding Giants

Riding Giants

surf matos
« En arrivant à Peahi, j'ai pensé que jamais je n'arriverais à surfer ça... Et puis je me suis dit : et merde, après tout c'est un bon jour pour mourir ! » - Gerry Lopez



Réalisateur : Stacy Peralta

Producteur : Forever Films

Riders : Greg Noll, Jeff Clark, Laird Hamilton

Style : Histoire du Big Wave Riding (ou Ride de Grosses Vagues pour ceux qui ont séché l'anglais)

Durée : 97 minutes

Prix : 27€




C'est en 1777 que pour la première fois, un Blanc (le Capitaine Cook pour être exacte) observe l'évolution d'un Hawaiien sur une planche flottant sur l'océan. Banni pour cause de nudité provocante, d'attentat à la pudeur, et d'exhibitionnisme déclaré (il est difficile de rider en uniforme ou en robe de mousseline), le surf est ensuite réintroduit à Waïkiki au début du 20ème siècle.

Dès lors, certains noms reviennent fréquemment et permettent d'emmener le sport plus loin. Ce sont Tom Blake, Pete Peterson, Billy Hamilton, Jeff Clark ou encore Greg Noll.
On apprend dans Riding Giants comment le surf est devenu mode de vie, puis état d'esprit, après avoir été religion.

« Toute l'année je me demande qui je suis et ce que je fais là... sauf quand j'ai du minimum 10m à surfer » - Laird Hamilton


On y assiste à la découverte du légendaire North Shore, spot autrefois peuplé de fantômes malveillants... Bouh... Puis ce sont l'impressionnante Waimea, Pipeline, Jaws, l'anomalie Teahupoo, ou le dangereux Mavericks bien plus choquant en vidéo qu'en photo. Mavericks est un tueur. Mais il en devient d'autant plus tentant à dompter. Du moins est-ce ce qui transparaît dans le discours de ses habitués.

Le premier Big Wave Rider s'appelle George Downing. Il a permis au monde de découvrir qu'il est toujours possible de descendre ces vagues géantes, tant que le take-off est réussi et qu'on a les c***lles bien accrochées. Mais aussi qu'on peut en retirer autant de sensations, d'adrénaline, que de plaisirs, tant qu'on est prêt à affronter le danger.
La notion de risques n'est jamais effacée. Elle est au contraire toujours bien présente, et c'est elle qui permet d'avancer et de repousser les limites. Théorie confirmée tout au long de la vidéo par les interviews des protagonistes d'hier et d'aujourd'hui, de Greg Noll à Laird Hamilton.
Il ne s'agit pas de faire l'apologie du « ride de gigantesque », mais de montrer sous toutes ses facettes ce qu'est de descendre des vagues de quinze mètres. Et éventuellement d'en mourir.

On nous raconte comment le tow-in a complètement changé l'approche de cette spécialité. Comment il a ouvert une nouvelle voie, une nouvelle manière d'aborder les vagues géantes, et repoussé quelques limites supplémentaires. Pourquoi les riders ont réduit la longueur de leurs guns, et pourquoi ils y ont fixé des straps. Comment, en somme, toute vague est devenue surfable (ou presque), peu importe sa taille.

« Avec le jet-ski, tu peux prendre une grosse vague sans même avoir à te mouiller les cheveux » - Gerry Lopez


Ça c'était pour le condensé de la vidéo. Un travail grandiose, aussi bien au niveau de la présentation que des recherches (on n'en attendait pas moins du grand Stacy Peralta !). Un véritable documentaire sur le surf de très gros. Très bien fait, voire même parfois un peu choquant. Un pur moment de plaisir qui ça se regarde tout seul, d'autant que la B.O. va de Stray Cats à Alice In Chains en passant par Bill Haley & The Comets ou Dick Dale !
Maintenant si vous voulez savoir ce que j'en ai pensé à titre plus personnel. Je résumerais ça comme ça :
J'ai regardé Riding Giants d'une traite, y'a une semaine de ça... et je ne m'en suis toujours pas remise.

S'il y avait un terme plus fort que « impressionnant », il faudrait encore en doubler la valeur pour obtenir les sensations qu'on retire de ce visionnage.



vues: 1943 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM