Accueil » Surf » Attaque de requin à La Réunion

Attaque de requin à La Réunion

Surf
Une attaque de requin, sans gravité heureusement, a eu lieu le mercredi 5 juillet sur le spot de Boucan Canot



Une attaque de requin, sans gravité heureusement, a eu lieu le mercredi 5 juillet sur le spot de Boucan Canot, dans l'Ouest Réunionnais. Ce qui est plus grave en revanche, c'est le traitement de ce type d'information dans la presse locale (Journal de l'île en l'occurrence). Toujours avide de sensationnel, les journalistes péi nous font le coup à chaque fois : les dents de la mer à la « une », les vilains requins mangeurs d'homme sont de retour, fuyez ils arrivent etc... Faudra pas venir pleurer ensuite si les touristes désertent l'île intense, une fois que les médias nationaux auront relayé « l'information ».


L'attaque

Mercredi dernier, un jeune bodyboarder de 17 ans, Vincent Bouju, s'est fait goûter la cuisse et le genou par un squale, alors qu'il surfait des vagues de bonne taille sur le spot de Boucan, apparemment en plein après-midi. Le malchanceux est parvenu à sortir de l'eau sans trop de souci et a été transporté à l'hôpital de Saint Paul, ville toute proche de l'accident.
Heureusement, selon les dernières infos, Vincent ne souffre que de plaies superficielles, quelques points de suture devraient donc suffire à le remettre sur pied. Tant mieux.



L'information

Déjà, en guise de « une » un piètre photomontage figurant un requin blanc, espèce non présente à la Réunion, lorgnant un surfer qui marche sur la plage... Ecrit en caractères énormes : « LES REQUINS ATTAQUENT ».
Du lourd. « ATTENTION !!! Derrière toi, c'est affreux !!! Tintintintintintintinin....Crounch...AAAAAAAAAHHHHH, au se...gloub....je....je ne sais pas na...gloub !!!! TULULUT TULULUT » etcetera.



En effet, même si le choc psychologique d'un tel accident est important, surtout pour la victime, il serait bien de ne pas trop instrumentaliser l'évènement. Est-ce que les attaques de chiens font les gros titres des journaux ? Pourtant, il doit y en avoir mille fois plus que des attaques de shark, surtout à la Réunion où les clébards sont légion !!! L'intérêt de la dramatisation est évidemment commercial. On n'a rien à dire alors on fait ses choux gras avec du sensationnel bon marché. La bonne affaire. Ainsi donc, braves gens, vous êtes sous la menace d'un complot fomenté par les requins pour tous vous manger. Ah ! La bonne vieille peur ancestrale d'être dévoré par le loup ! Chez nous, à la Réunion, le loup, c'est le requin. Il est très méchant et veut croquer du tibia. .


Ensuite, le contenu de l'article. Il est finalement beaucoup moins catastrophiste que la première page du canard, car les conséquences de l'attaque sont peu importantes : « plaies superficielle ». On y relate néanmoins l'émoi des jeunes habitués du spot pour qui il serait inconcevable qu'une attaque puisse se produire à Boucan. « Le mythe du spot de surf de Boucan anéanti ». Ah bon ? Pourtant tout le monde sait bien qu'il y a des requins au large et qu'il peut leur arriver de se rapprocher du rivage pour chasser...Du poisson. D'une erreur de casting d'un requin, on en fait une tentative de meurtre : « Attaque loupée » voit-on en titre de paragraphe. Au secours.


Par contre, sur l'autre page de l'article on peut y lire de vraies infos, beaucoup plus discrètes, émanant d'un spécialiste des requins. Elles sont en totale contradiction avec le reste des propos rapportés...Notamment, on peut y lire que l'attaque était « possible » car l'eau était un peu troublée par les vagues, fortes ce jour-là, que le temps était gris et que si la luminosité est faible, l'heure de l'attaque importe peu...Que donc le spot de Boucan ne jouit d'aucune « immunité » en la matière (les strings ne faisant pas fuir les bêtes sauvages). Voilà pour la caution scientifique du papier.


Il y a plein de requins dans les Océans et en particulier dans l'Océan Indien. Néanmoins, les attaques mortelles sont très rares, car les requins n'attaquent l'homme que par erreur, les confondant avec leurs proies habituelles comme les tortues par exemple. S'il existe des règles de sécurité de base, comme en montagne avec les avalanches par exemple, le fameux « risque zéro » n'existe pas. Ce qui est très con c'est de foutre la trouille à tout le monde plutôt que d'informer loyalement sur la réalité des risques encourus. Ces derniers, sauf si vous faites n'importe quoi (genre surf de nuit à l'embouchure d'une ravine en crue), sont très faibles. Alors ne cédons pas à la panique et surfons intelligemment !

On vous préparera un sujet de fond sur les requins dans un prochain article, histoire de vous faire peur.

Bon surf à tous

Doc Zedron

vues: 28764 j'aime: 1
     



SUR LE FORUM