Accueil » Surf » Coup d'chaud sur le surf business : Pinault s'offre Volcom
Coup d'chaud sur le surf business : Pinault s'offre Volcom

Coup d'chaud sur le surf business : Pinault s'offre Volcom

Surf
La marque au diamant vient de céder à une OPA lancée par le milliardaire français...

 

François-Henri Pinault, l'homme d'affaire affairé d'origine bretonne qui détient plus de 40% du groupe PPR (Puma, Gucci, Yves Saint-Laurent, Printemps-Redoute, le Stade Rennais...) et dont la fortune personnelle est estimée à plus de 6 milliards d'euros vient de se payer Volcom avec une OPA de plus de 600 millions de dollars (dettes incluses, rappelle Le Figaro, qui précise également que « le prix proposé valorise Volcom de 37% de plus que son cours de Bourse moyen des trois derniers mois »). Pinault, collectionneur d'art renommé, mécène et spécialiste de l'investissement offshore (financier hein, rien à voir avec le vent) qui est reconnu pour son talent de repreneur, de gestionnaire et ses holdings hébergées dans divers paradis fiscaux (Antilles néerlandaises par exemple) a ainsi racheté la marque crée par Richard Woolcott (en photo ci-dessus). Le fondateur continuera cependant à gérer sa société, 20 ans après la création de la marque au diamant constituée avec un capital d'origine de 5000 dollars seulement et aujourd'hui côtée au Nasdaq. Au fil des années, Volcom s'est taillé une belle place dans le monde du surf, du skate et du snowboard, mais on peut se dire que le slogan originel de la marque « Youth Against Establishment » a du plomb dans l'aile et que les sirènes du surf business ont de beaux jours devant elles.

 

Ça doit d'ailleurs commencer à tirer la tronche chez les anglo-saxons : entre les champions du monde junior de ces deux dernières années (Maxime Huscenot et Alizée Arnaud), Jérémy Florès (qui s'est adjugé le fabuleux Pipe Masters il y quelques mois) ou encore Benjamin Sanchis qui s'est approprié le Billabong XXL cette semaine, voici que la 7ème fortune française et 77ème au classement WCT des gens-pas-comme-nous se tape un des fleurons californien de l'industrie surfistique. Il faut bien l'avouer ce n'est pas un caprice de la part d'un financier aussi roué que Pinault : le surf business est florissant.

 

D'après nos informations exclusives et les rumeurs qui enflent, Liliane Bettancourt souhaiterait racheter O'Neill pour ses cures thermo-hivernales lors des Cold Water Classics; l'optico-financier Alain Afflelou va foutre la paix au rugby bayonnais en rachetant Quiksilver (et Slater, lunettes sur le nez, sera opposé à Johnny Hallyday lors du prochain tournage Optic 2000); Jean-Marie Messier serait intéressé par Billabong pour les XXL Tête d'Enclume Award et l'inénarrable et sénile octogénaire Jacques Servier va lancer sa marque « Médiator » dont on verra bientôt les stickers sur les boards des riders locaux. Ne manque que le rejeton crypto-millionnaire Arnaud qui tarde à se positionner, en sachant que si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère viendra à toi. Et que les héritiers Ben Laden devraient lancer le New York City Twin Tour en 2011.

 

Bon vent !

 

Pierrick Rob

vues: 3131 j'aime: 13
     
Même sujet
Laudator temporis acti : home made vision by Hugues Oyarzabal

Laudator temporis acti : home made vision by Hugues Oyarzabal
« Laudator temporis acti » signifie en latin « c'était mieux avant »

Aucun commentaire pour le moment. Loggez-vous pour poster.




SUR LE FORUM