Accueil » Surf » Gaël Obert, vidéo globe-tripper
Gaël Obert, vidéo globe-tripper

Gaël Obert, vidéo globe-tripper

Surf
Il rentre d’un surftrip d’un an autour du monde, des images plein la tête, mais surtout sur pellicule. Découvrez notre dealer d’images exotiques.

Présentation

Salut, je m’appelle Gaël Obert, j’ai 25 ans et j’habite Cambo, au Pays Basque. Je surfe depuis bientôt 10 ans : un beau jour d’été 1992, en vacances sur la cote atlantique (Je suis originaire d’Aix-en-Provence) j’ai essayé le bodyboard et eu littéralement le coup de foudre.
Connaissant déjà les sensations de glisse puisque pratiquant le snowboard depuis quelques années, j’ai alors pris la décision de me mettre au régime « Biscotte ». Au gré des courants et des voyages, je me suis mis à rêver d’une autre façon de glisser sur les vagues et depuis 3 ans, j’ai troqué mon « Morey » contre un longboard puis un shortboard.

Parlons voyages…

Et bien durant les 6 dernières années j’ai pas mal gravité autour du globe à la quête de bonnes vagues. Tout a commencé en 95 où mes parents m’ont offert un vieux combi V.V pour l’obtention du baccalauréat ; ayant décidé de prendre une année sabbatique (sur le plan scolaire), j’en ai profité pour m’offrir un road-trip de 2 mois au Maroc… Ce fut la révélation ; locaux chaleureux, vie bon marché, soleil, vagues parfaites et eau chaude en plein mois de décembre… le rêve ! Dès lors, surf et voyages sont devenus pour moi indissociables, et quelques mois après mon retour, je m’envolais pour mon premier « Tour du Monde », un « classique » Paris-Los Angeles-Papeete-Sydney-Denpasar-Paris, que j’ai parcouru en 6 mois. Durant ce voyage, j’ai réalisé que le surf, plus qu’un sport, était un véritable mode de vie… Ma vie changea, à partir de ce moment là j’ai tout fait pour tailler la route, planches sous le bras, le plus fréquemment possible.

Pays visités ?
Je me suis donc rendu au Maroc, puis à plusieurs reprises en Californie, Amérique Latine, Brésil, Polynésie, Australie, Indonésie…


Tu rentres juste d’un surftrip d’1 an autour du monde… Comment fais-tu pour t’en sortir financièrement ? Travailles-tu sur place ?

Non, jamais. Depuis 96, je travaille saisonnièrement comme barman, serveur, responsable de salle… Ce sont des jobs peu rémunérés certes (je dirais +/- 750 Euros / mois) mais on est souvent nourri et logé donc c’est tout bénef ! Même pour les plus dépensiers, il est facile d’économiser car on bosse tellement qu’on a pas le temps de claquer nos payes. Donc, je me consacre uniquement à mon boulot pendant 1,2 ou 3 saisons, avec parfois un trip d’un mois entre, puis je peux assumer financièrement un trip plus long, style 6 mois ou plus selon les pays que je prévois de visiter.
Et puis le coût de mes voyages n’est pas exorbitant : je ne pars pas en vacances, hôtel 3*, restau, voiture de location, etc. Je pars en surftrip et c’est totalement différent , cela signifie camping, pêche, riz blanc, trajets interminables en bus, galères… Le truc bien roots, quoi ! Je préfère voyager 6 mois dans ces conditions que 3 semaines en hôtel-club… et « c’est mon choix » (rire…)

Spots favoris ?
Sans aucun doute Periscopes (en Indo) ou j’ai vécu des sessions incroyables. Il y a aussi tous les merveilleux point-breaks de la côte est Australienne et quelques perles polynésiennes. Quant à la France, je surf principalement du coté d’Anglet.

Un souvenir, émotion, anecdote de voyage qui restera à jamais ancré dans ta mémoire ?

Hmm… il m’est difficile de choisir un souvenir en particulier. Lorsque je ferme les yeux en me remémorant mon dernier trip, je pense à l’hospitalité des costariciens et à la beauté de ce petit pays ; à ces taxi-drivers mexicains qui n’ont pas voulu me prendre avec mon énorme boardbag et m’ont permis de me taper un footing de 3km, à 6h du mat, avec 50kg sur le dos, pour choper in-extremis le bus pour Puerto ; à la puissance destructrice du Mexpipe ; à la radicalité des riders U.S. ; à la baston dans laquelle j’ai été impliqué sur une île polynésienne (pour une vague bien sur…) ; à la qualité et diversité des vagues australiennes ; à mon premier tube en Indo et ce wipe-out de ouf à Lakey Peak… ou encore au trajet Bali - Nusa Lenbongan en « ferry » (une grosse barque dont le moteur s’arrête toutes les 5 minutes) dans une houle de 3 mètres … et à toutes les personnes merveilleuses que j’ai rencontrées. Bref, tout un tas de choses me reste en mémoire. Les galères me font bien marrer avec le recul !

Tu as ramené beaucoup d’images vidéo de ce voyage…

En effet, j’ai quasiment filmé tout mon voyage. J’ai consacré une grande partie de mon temps à me balader caméra au poing dans les pays que je découvrais afin de retranscrire au mieux les vibrations qui se dégagent lors d’une expérience à l’étranger, lorsqu’on rencontre une population ayant d’autres habitudes, une autre culture… Et puis, il y a les vagues ! J’ai filmé énormément de sessions de surf : lors des bons jours, je restais souvent 3-4 h sur le sable pour ne manquer aucune miette du spectacle, puis je filais à l’eau pour profiter des excellentes conditions mais parfois le vent avait tourné, la marée était trop haute, ou quelque chose comme ça… et c’était pourri ! La frustration ! Mais quand je revois les images que j’ai tournées, je me dis que je n’ai quand même pas perdu mon temps.

Tu penses déjà à repartir vers de nouvelles aventures ?

Non, pas pour l’instant ; j’ai envie de me poser un peu et puis financièrement je ne peux envisager aucun trip pour le moment. En plus, j’ai décider d’arrêter les saisons dans la restauration : je retourne sur les bancs de l’école ! En fait, j’entre en formation au CNPE de Pau pour une durée de 9 mois, je vais étudier management, marketing… spécialisé dans le sport, pour essayer par la suite d’infiltrer le petit monde du surf business. Ce n’est pas pour autant que je vais mettre mes deux « passions » de coté : je rentrerais tous les week-ends sur la côte et ne compte manquer aucune session du coté de la Madrague ; et durant mon temps libre ou si c’est flat, je continuerai à monter d’autres reportages vidéos. D’ailleurs en ce moment je prépare des clips sur la Calif et l’Indo.

Un rêve ?

Oh, la liste est longue… Euh, voyons,, j’aimerais bien tripper avec quelques pros sur, disons, 5 top destinations surf dans le monde et sortir une vidéo retraçant nos péripéties Mais pas une vidéo trash avec uniquement du surf sur fond de musique hardcore. Non, je verrais plutôt un truc style doc sur Arte ou Thalassa, plein d’émotion, de sensibilité… J’aimerais m’attarder sur les pays parcourus, les autochtones et les caractères des différents « acteurs », des interviews « intéressantes » et non pas 2-3 plans où on les voit boire des bières puis roter, ou des choses du genre qu’on voit trop fréquemment dans les vidéos de surf…

Quelque chose à rajouter ?
Ben, j’ai pas mal d’images déjà montées et un faible choix de bandes musicales pour les accompagner. Donc si vous êtes un groupe ou un chanteur, que vous avez enregistré votre 1er C.D. et que vous aimeriez qu’un de vos titres accompagne un de mes clips, n’hésitez pas à me contacter par mail : gworld64@hotmail.com je me ferai un plaisir de vous répondre.

A+ dans les vagues…

vues: 1445 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM