Accueil » Surf » New York City & the ASP : ton univers impitoyable
New York City & the ASP : ton univers impitoyable

New York City & the ASP : ton univers impitoyable

Surf
Bobby Martinez viré par l'ASP et des vagues minuscules pour le New York Quiksilver Pro en attendant une rentrée de houle prochaine... En photo : Bobby Martinez

  

Last but not least, un nouveau coup d'éclat sur le WCT à la What The Fuck signé Bobby Martinez. Le gangsta surfeur chicano qui clame partout depuis quelques semaines la merditude de l'ASP s'est fait virer. Motif invoqué pour son renvoi : manque de déontologie professionnelle en se référant à l'article 151 ("Les surfeurs ne doivent à aucun moment ternir l'image du surf"). C'est comme ça que cela se passe au pays de Candy. Bobby, c'est un peu le sale gosse du fond de la classe qui sait qu'il n'aura pas son année et va jusqu'au bout pour emmerder le monde autant que possible pour se faire virer par le prof. Il avait annoncé qu'il arrêtait le Tour après l'event de NY mais l'ASP a pris les devant. De la bonne petite provoc' pas bien méchante, mais à force de taper là où ça fait mal le spot de Long Beach est donc le théâtre de polémiques un chouia puériles.

 

« Tout d'abord, je tiens à dire (et l'ASP va me mettre une amende) que je ne veux pas faire partie de ce putain de Tennis Tour. Tous ces surfeurs professionnels veulent être des joueurs de tennis. Ils veulent faire un cut à mi-saison. Putain mais comment quelqu'un qui n'est même pas de notre niveau peut se retrouver sur le World Tour ? Ils n'ont jamais été ici. Putain, ils n'ont jamais eu le droit de surfer contre nous, mais maintenant, nous sommes classés derrière eux! C'est grave! Ce sont des conneries. C'est pourquoi je ne vais plus participer à ces compétitions débiles. Celle-ci est ma dernière parce que FTW, mon sponsor est basé ici et je viens de dire les choses comme elles sont. C'est ma dernière compétition car je n'aime pas le tennis. Je n'aime pas le WCT... On s'en branle ! Tu vois ce que je veux dire ? Je suis déjà venu ici avant. J'adore cette ville. Je vais vous dire maintenant, si mon sponsor n'était pas là, je ne serais pas ici pour ce contest débile. L'ASP? Putain, ils foutent le surf en l'air !

 

Quant à pester contre les choix de l'ASP, Martinez n'a peut-être pas tort : les conditions sont pour le moment pourries et indignes d'un pseudo « Dream Tour ». Il ne faut pas croire les communiqués qui parlent d'une houle de deux mètres : il suffit de voir les vidéos pour se rendre compte que le swell d'un mètre poussif ressemble à un beach break vendéen. Et il en faut bien pour oser râler contre la tenue d'un WCT à NYC pour des histoires de thune, même si cela va aider à la médiatisation de ce sport qu'est le surf, avec des aspects positifs et négatifs. Et contre le fameux cut de la mi-saison qui ne laisse aucune chance aux nouveaux arrivants de remporter le titre.

 

Pour le reste, côté purement sportif, Dane Reynolds est forfait comme d'hab (comme c'est dommage, pour une fois qu'il voulait participer.. s'il avait enfin les couilles de vraiment lâcher ce tour qu'il ne suit plus, surtout quand c'est son sponsor Quiksilver qui organise le contest ça nous donnerait l'occasion de nous marrer au moins !). Bobby Martinez, lui, ne risquait pas de vexer son sponsor puisqu'il s'agit de la marque Fuck The World.

 

Cory Lopez, Gabe Kling et Travis Logie sont éliminés et vont sortir du « Dream Tour ». A eux de trouver l'énergie pour refaire le WQS avec les gamins qui cartonnent pour se requalifier l'an prochain... ou pas. Bref ça sent le roussi pour l'ASP une fois de plus, les critiques fusent, une drôle d'ambiance doit traîner sur la compét' new-yorkaise... Le malaise évident des pros se ressent sur leurs comptes twitter. Côté frenchie, qualification pour le round 4 de Jérémy Florès et cruelle élimination de Michel Bourez dans ces vagues de nain qui le fera réagir : « Je pensais que j'étais sur le Dream Tour, pas le Tour de Merde! Où sont les bonnes vagues? Allez l'ASP, mettez nous sur des vraies vagues! » Ce à quoi Sunny Garcia a répondu : « Michel, les meilleurs surfeurs doivent savoir surfer n'importe quelles conditions, alors arrête de pleurer et mets toi au boulot. Vous avez des meilleurs spots que les surfeurs avant vous, et plus d'argent. » Et Kelly Slater de rétorquer : « c'est marrant de dire ça quand on est à Hawaï. » Une ambiance de cour d'école qu'on vous dit !

 

vues: 2741 j'aime: 6
Photos
  • Voir dans la galerie
  • Voir dans la galerie
     
Même sujet
Pauline Ado continue sur sa lancée à Newcastle

Pauline Ado continue sur sa lancée à Newcastle
Nouvelle recrue sur le World Tour, la jeune hendayaise Pauline Ado semble trouver ses marques...

Sally Fitzbibbons s'impose à Bells Beach

Sally Fitzbibbons s'impose à Bells Beach
Première victoire sur le world Tour pour l'australienne

Le Billabong Rio Pro enfin lancé

Le Billabong Rio Pro enfin lancé
Après des jours à se faire des cheveux blancs, les organisateurs du contest du Billabong Rio Pro ont enfin lancé les hostilités

Billabong Rio Pro 2011 : gros scores et pas mal de surprises au programme

Billabong Rio Pro 2011 : gros scores et pas mal de surprises au programme
L'étape brésilienne du WCT se révèle comme l'épreuve des challengers




SUR LE FORUM