Accueil » VTT » Ispo day 2

Ispo day 2

VTT
Ca y est, l’ISPO débute sous le soleil pour ceux qui glandent et sous les spots de lumière blanche pour ceux qui bossent.



Qu'il est calme ce board ISPO quand les haut-parleurs de chaque stand ne crachent pas leur kilowatts de musique de furieux. Vendredi, J-1, jour des arrivées, rush dans les réceptions d'hôtel, préparatifs, les valises arrivent (sauf pour Split qui a perdu ses 100 valises dans le voyage…), les camions déversent leur fleuve de matériel rutilant. Le régime est différent selon que vous soyez une grosse marque ou une petite. Chez Quiksilver, ça fait 10 jours qu'une équipe de déménageurs musclés montent le stand et calent le bateau de démonstration. Chez Aveal (une marque de planche de skate taille Géant Vert), on monte le stand à la main, avec les copines pour peindre les cloisons. Mais une constante : pas de stress.
Et puis vient le samedi, le jour J. Celui de tous les rendez-vous commerciaux, de l'espionnage industriel. En effet, la majorité des marques sont suspicieuses des intrus qui se font passer pour des étudiants et qui viennent en réalité pour voir ce que prépare la concurrence.



Mais on n'est pas vraiment là pour ça, il y a toutes ces jolies filles aguicheuses qui vous proposent des chewing gums, des journaux, des flyers pour les soirées. Laquelle allons-nous choisir ? La Vans/Adrenalin, la Volcom/Von Zipper ou la O'Neill ?
Et puis c'est l'occasion de revoir ceux qu'on ne croise que sur les salons. Bons souvenirs de beuverie, retrouvailles, parfois certains deviennent des amis. "Tiens, salut ça va ? Qu'est ce que tu fais en ce moment ? - J'en ai marre, mon boss me saigne à coup de fouet. J'ai qu'une envie, c'est de partir en vacances…". On en profite pour se plaindre, et on oublie que finalement, le board business, c'est surtout pour se la couler douce qu'on est dedans. Toujours est-il que la rampe se monte, quelques nouveautés attendent les exposants qui n'auront rien à faire si ce n'est de traîner dans les couloirs et les bars, et le podium avec écran géant est prêt à accueillir le bikini contest (ce qui constitue la grosse attraction du Hall 3, il faut se l'avouer). Et vogue la torpeur en ce samedi d'été munichois.

Vision Streetwear

Ça bouge chez Vision depuis son re-lancement voici seulement un an, en partie grâce à Select Distribution.
Vision a commencé à s'organiser sur le vieux continent. Les distributeurs de chaque pays (Suède, Danemark, France, Suisse, Allemagne, Autriche) se sont regroupés en une plateforme commune pour l'Europe : SA Vision Europe. Celle-ci permet de réduire les coûts au niveau du transport, mais aussi au niveau de la communication. Dès lors, les prix des produits chutent. La vente d'une planche Mini-Logo se négocient à 22€ contre 30€ auparavant (prix de vente grossiste). Les stratégies nationales de communication sont encore à l'étude. La gamme de produit s'élargit encore et accueille des rééditions de planches des années 80 ainsi qu'un pro-modèle de shoes old school signée Duane Peters (aussi célèbre pour son skate généreux que pour sa musique de sauvage).

La presse en campagne.

L'ISPO draine aussi de plus en plus la presse européenne. Mais que viennent-il faire ?
Ce n'est pas vraiment pour couvrir l'évènement ISPO que les principaux titres de presse européens -dans le domaine de la glisse, s'entend- se réunissent à Munich. " Effectivement, un organe de presse est obligé de vendre de l'espace publicitaire dans ses pages. Il y a donc une démarche commerciale à avoir. On est à l'ISPO pour rencontrer des éventuels partenaires, pour se montrer et montrer son produit ". De nombreux titres font le déplacement ; que le support soit en papier ou virtuel (Internet). Beach Brother, Be-Mag, OnBoard, Pleasure, Playboard, Free Magazine ou encore Adrenalin, dont le stand est toujours original (une ancienne station esssence américaine). Parfois, les modes de communication varient, chez PLeasure, par exemple, on n'est pas seulement là pour distribuer du magazine : C'est aussi et surtout pour faire la fête toute la journée, chiller ou s'organiser une soirée, telle la Private de l'hiver denier, où des stars du X étaient conviées dans une boite hype de Munich. Tout le monde y trouve son compte, surtout si vous êtes sur la liste des invités.

Simmer Style

Seule la gamme de surfwear est représentée à l'ISPO.
La marque hawaiienne est née en 1981 et s'est scindée en deux entités : Simmer Sails et Simmer Clothings. La collection présentée pour cet ISPO est identique à celle présentée en hiver puisque c'est toujours l'été à Maui, même l'hiver. Fort présente en Allemagne, la marque va continuer son extension à travers l'Europe non seulement par une multiplication des points de vente, mais aussi par des plans de communication dans la presse mais tout ceci reste confidentiel puisque les décisions seront prises en Septembre. Deux snowboarders représentent désormais Simmer : Eva Parker et Cyril Neri.

A demain...

vues: 585 j'aime: 0
     



SUR LE FORUM